Découvrez les musées municipaux
Toute l'offre culturelle


  • L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.
  • Site internet du Conservatoire et Jardin botaniques


  • Le FMAC a pour missions de développer la présence de l’art dans l’espace public et de soutenir les artistes actifs et actives à Genève. Le FMAC gère la Médiathèque, un espace de consultation et de diffusion d’une collection dédiée à l'art vidéo. Le FMAC Mobile, par ses actions de médiation, favorise l’intérêt et la compréhension des publics pour le domaine de l’art contemporain.
  • Page web du Fonds municipal d’art contemporain


  • Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.
  • Site internet du Musée Ariana


  • Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque et ses ateliers de restauration.
  • Site internet des Musées d'art et d'histoire


  • Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.
  • Site internet du Musée d'ethnographie


  • Le Muséum d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.
  • Site internet du Muséum d'histoire naturelle
    Site internet du Musée d'histoire des sciences

Carte blanche | Laurin Schaub - Ashraf Hanna - Olivier van Herpt

Musée Ariana
1 dezember 2019 9 februar 2020
10h - 18h
Fermé le lundi
Entrée libre

De gauche à droite: Laurin Schaub (Suisse, 1984) / Ashraf Hanna (Egypte / Pays de Galles, 1967) / Olivier van Herpt (Pays-Bas, 1989)
© Boris Dunand, Musée Ariana

Le Parcours céramique de Carouge est l’occasion tous les deux ans de belles et stimulantes découvertes dans le champ de la création céramique contemporaine. À travers sa programmation, le Musée Ariana est intégré depuis plusieurs années au Parcours céramique carougeois. De plus, notre institution se positionne en attribuant un prix Ariana, qui consiste en l’acquisition d’une œuvre et son exposition dans l’année suivant le parcours.

Les œuvres de deux autres artistes présentés dans la vitrine, Ashraf Hanna (Egypte / Pays de Galles, 1967) et Olivier van Herpt (Pays-Bas, 1989), ont également fait l’objet d’une acquisition. D’une certaine manière, les trois artistes interrogent, chacun à leur manière, les enjeux actuels du métier de céramiste en regard des technologies numériques.

Présentation des trois artistes

La série ANALOG.Y exposée par Laurin Schaub (pièce de gauche dans la vitrine) à la galerie NOV se situe à la croisée des chemins entre les nouvelles technologies et la mise en valeur du savoir-faire manuel, entre l’ordinateur et le tour du potier, entre le monde du design et celui de l’art. Il met en dialogue avec bonheur et dans une démarche exigeante logique numérique et logique manuelle, interrogeant avec pertinence le sens et la légitimité du métier de céramiste-potier, de créateur de récipients.

La pureté, la subtilité et l’exigence formelle et technique des vases d’ Ashraf Hanna sont remarquables (pièce du milieu dans la vitrine). L’artiste modèle une terre contenant une forte proportion de chamotte de porcelaine qu’il recouvre patiemment de couches successives d’engobe. L’aspect griffé de la surface accroche la lumière et confère au vase intensité et profondeur.

Olivier van Herpt (pièce de droite) a mis au point lui-même, au terme de six années de recherche, une machine d’impression 3D lui permettant de réaliser les formes complexes dont il rêvait. Au-delà de la technologie de pointe, le raffinement des formes et le traitement de surface, les mélanges de terres, les légers bugs humanisent le processus mécanique.


Sur une proposition de Anne-Claire Schumacher, conservatrice en chef au Musée Ariana

 

Agenda