Découvrez les musées municipaux
Toute l'offre culturelle


  • L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.
  • Site internet du Conservatoire et Jardin botaniques


  • Le FMAC a pour missions de développer la présence de l’art dans l’espace public et de soutenir les artistes actifs et actives à Genève. Le FMAC gère la Médiathèque, un espace de consultation et de diffusion d’une collection dédiée à l'art vidéo. Le FMAC Mobile, par ses actions de médiation, favorise l’intérêt et la compréhension des publics pour le domaine de l’art contemporain.
  • Page web du Fonds municipal d’art contemporain


  • Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.
  • Site internet du Musée Ariana


  • Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque et ses ateliers de restauration.
  • Site internet des Musées d'art et d'histoire


  • Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.
  • Site internet du Musée d'ethnographie


  • Le Muséum d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.
  • Site internet du Muséum d'histoire naturelle
    Site internet du Musée d'histoire des sciences

De l'éclectisme à l'Art nouveau

Musée Ariana
1 October 1994  25 January 1995

Photo: Boris Dunand

Le XIXe siècle fut l'une des périodes les plus complexes et les plus denses de l'histoire européenne. Dans le domaine artistique, elle fut le terreau dont émergèrent des courants passéistes – l'historicisme puis l'éclectisme – et une mouvance profondément rénovatrice – connue sous le nom d'Art nouveau.

[Translate to English:] La révolution industrielle du XIXe siècle créa de nouvelles richesses et engendra de nouvelles élites: inexorablement la grande bourgeoisie libérale prenait le relais de l'aristocratie. Le monde des arts et des arts appliqués se trouve confronté à une clientèle prospère, entreprenante, mais encore hésitante dans ses choix esthétiques.

Le courant artistique majeur se nourrissait d'un académisme de bon aloi, tandis que les arts décoratifs s'ingéniaient à imiter les chefs-d'oeuvre du passé. Les nouvelles classes dirigeantes se fabriquèrent un décor passéiste, comme si elles cherchaient à s'approprier l'Histoire. L'historicisme, qui consiste à réactualiser des formes artistiques révolues dans l'espoir de recréer par l'art les valeurs qu'on envie au passé, évolua dès 1850 vers l'éclectisme: après avoir multiplié les pastiches, on se mit à mélanger les styles et on ne craignait plus de faire cohabiter dans une même oeuvre des motifs inspirés de différentes époques.

Dès le milieu du siècle, des esprits progressistes se mirent à dénoncer cet état de fait. Une société en pleine mutation ne pouvait indéfiniment se refléter dans une image figée. Il fallait impérativement repenser l'environnement de l'homme moderne et adapter l'esthétique aux techniques nouvelles. Ces aspirations débouchèrent sur un mouvement de rénovation des arts décoratifs et de l'architecture qui se développa entre 1870 et 1914 et prit le nom d'Art nouveau. International par essence, ce courant novateur connut des fortunes diverses d'un pays à l'autre.

Commissariat

Roland Blaettler, conservateur

 

Agenda