La revue électronique de l'Institut et Musée Voltaire
ISSN 1660-7643
       
         
   
   Automne 2007Accueil   IMV   Contact
           
       
           
  SOMMAIRE  

Sous les pavés… la carpière !

     NUMEROS PRECEDENTS
         
 

Actualités de l'IMV
Sous les pavés... la carpière !
Voltaire nous écrit
Deux lettres de Voltaire
inconnues à Besterman :
Clin d'oeil
La carpière des Délices de Voltaire…
A propos de ...
L’extrême orient : un regard de lumière
Nouvelles du XVIIIème siècle
Rousseau en creux
Liens
Revues littéraires en ligne (1)


Tout le numéro en pdf  

inscrivez-vous à la
Gazette des Délices

 

C’est au cours du printemps qu’ont commencé, dans la rue des Délices, à l’instigation des Services Industriels de la Ville de Genève, des travaux visant à installer de nouvelles canalisations. On peut imaginer la surprise des gens du quartier lorsqu’ils ont vu apparaître, sous le macadam, un segment du mur d’enceinte du bassin de la carpière de Voltaire ! Ce précieux vestige archéologique a immédiatement fait l’objet d’une investigation scientifique : nous invitons nos lecteurs à parcourir l’article rédigé à ce sujet dans la rubrique « Clin d’œil » par Isabelle Bovay et Miltos Thomaïdes. La carpière a pour le moment été recouverte –ce qui est encore le meilleur moyen de la conserver- mais il ne fait guère de doute qu’elle sera prochainement au cœur d’un débat sur l’identité patrimoniale de l’ensemble du quartier.

Marc Fumaroli aux Délices

Marc Fumaroli, de l’Académie Française, a passé une journée aux Délices le 16 août dernier : il s’agissait de tourner, pour la chaîne franco-allemande Arte, une série de séquences rendant compte de l’universalité de la langue française au XVIIIe siècle. Marc Fumaroli a pris appui sur une lettre de Frédéric II, qu’il a longuement commentée, et sur un passage de Candide, dont il a livré une nouvelle et stimulante interprétation. Rappelons que Marc Fumaroli a enseigné à l’université Paris IV Sorbonne ainsi qu’au Collège de France, et qu’il est l’auteur de plusieurs ouvrages importants parmi lesquels Quand l’Europe parlait français (Paris, éd. de Fallois, 2001) et L’âge de l’éloquence (Genève, Droz, 2002). 

Sortie d’Alzire de Thomas Koerfer

Qui se souvient encore que la tragédie d’Alzire de Voltaire avait fait grand bruit, à l’époque de sa création ? Qui se souvient qu’elle fut l’occasion du triomphe du comédien Larive, digne successeur de Lekain ? Qui se rappelle qu’elle fournit à Verdi la matière de son premier opéra ? Un réalisateur suisse, au moins, s’en est souvenu, dans les années septante : Thomas Koerfer. Son Alzire (1978) met en scène une troupe de jeunes comédiens désireux de monter la tragédie de Voltaire, en dépit de difficultés financières. Dans un climat digne des meilleurs films de Wim Wenders, Thomas Koerfer nous livre une réflexion intéressante sur les enjeux du théâtre voltairien. À noter que le personnage de Voltaire lui-même apparaît dans le film : interprété par François Simon, on le trouve, perché sur un arbre, en train de discuter avec… Jean-Jacques Rousseau ! Alzire est accessible aujourd’hui dans un coffret de huit DVD (Thomas Koerfer édition, réf : 99074) consacrés à l’œuvre du cinéaste helvétique.

Clôture de l’exposition L’Égypte des Lumières

C’est le 28 septembre que s’est achevée l’exposition L’Égypte des Lumières. Les trois dernières « Nuits des Délices » auront successivement permis d’entendre Jacques Berchtold (sur le Sethos de l’abbé Terrasson), Barbara Roth, conservatrice en charge des manuscrits à la Bibliothèque de Genève (« Papyrus, Genizah, Rifaud … Les ressources égyptiennes du département des manuscrits de la BGE ») et enfin Claude Ritschard, conservatrice au Musée d’art et d’histoire (« Visions d’Égypte, de l’imaginaire à l’observation scientifique »). François Jacob a rappelé, lors de la cérémonie de clôture, que la réalisation de cette exposition n’aurait pas été possible sans le soutien de nos deux principaux partenaires, à savoir d’une part la compagnie Dynatrade et son directeur général, M. Mohamed El Sayed Khaled, et d’autre part la Loterie romande. Il a tenu enfin à remercier M. Hossam Moharam, consul de la République arabe d’Égypte à Genève, pour son précieux concours, et a annoncé la prochaine parution d’un petit « rogaton » consacré à l’exposition.



Vers le haut

 
       
       
     
© IMV Genève | 03.10.2007