La revue électronique de l'Institut et Musée Voltaire
ISSN 1660-7643
       
         
   
   Hiver 2008Accueil   IMV   Contact
           
       
           
  SOMMAIRE   Fin de l’exposition « Jardin, jardins »      NUMEROS PRECEDENTS
         
 

Actualités de l'IMV
Fin de l'exposition « Jardin, jardins »
Voltaire nous écrit
Lettres de Beaumarchais à Le Tellier
Clin d'oeil
Un portrait de Marie-Joseph Chénier au musée Voltaire
A propos de ...
« Cette frayeur du médiocre empoisonne ma vie »
Nouvelles du XVIIIème siècle
Voltaire, homme de théâtre
Liens
Quelques liens sur Candide


Tout le numéro en pdf  

inscrivez-vous à la
Gazette des Délices

 

C’est le 1er novembre que s’est achevée l’exposition « Jardin, jardins » agencée par Christine Amsler, Isabelle Bovay et Miltos Thomaïdes. De nombreux visiteurs se sont pressés le dernier jour pour profiter une ultime fois du parcours offert à leur sagacité. Rappelons que le catalogue de l’exposition, agrémenté de très nombreuses illustrations, est toujours disponible sur place, et qu’il est encore possible de profiter des quelques pages du site de l’association qui s’était créée ad hoc, et qui est toujours en ligne à www.jardinjardins.ch.


Soirée portugaise à l’Institut Voltaire

L’Institut et Musée Voltaire a accueilli, le 12 novembre 2008, en partenariat avec le Consulat général du Portugal à Genève, la présentation de l’ouvrage intitulé O Segredo da Rua d’O Século, publié aux éditions « Fim do Século » à Lisbonne. Les historiens et auteurs de l’étude, António Louçã et Isabelle Paccoud ont entretenu la cinquantaine d’auditeurs présents de la relation du Portugal à l’Allemagne nazie, relation qui s’est établie grâce a l’un des propriétaires du journal O Século, par ailleurs chef de la Communauté israélite de Lisbonne. Une discussion nourrie a permis ensuite au public d’élargir le sujet aux rapports du Portugal de Salazar à l’ensemble de la communauté internationale.


Une nouvelle collection permanente

La collection permanente, qui rouvre ses portes au public début janvier, nous offre plusieurs nouveautés : tout d’abord quelques portraits de voisins du patriarche, tous apparentés à la famille Vieusseux, qui proviennent de la maison « Châtelaine-Vieusseux » et ont été offerts à la Ville de Genève par MM. Bernard, Jean, François Masset et Mme Catherine Oesterlé-Masset ; une très belle huile sur toile récemment acquise et représentant le dramaturge Marie-Joseph Chénier, « suiveur » de Voltaire ; quelques toiles enfin issues des collections du Centre d’Iconographie genevoise et qui feront tous l’objet de « clins d’œil » ces prochains mois.


Clos Voltaire

Il est faux de croire, prétendait Candide, que « tout est bien dans le meilleur des mondes possibles ». Comment en effet rester optimiste, quand on voit une grande ville européenne déchirée par un affreux tremblement de terre, quand d’infâmes commerces réduisent des populations entières à la pauvreté, et que règnent partout la faim, la maladie et la mort ? Deux cent cinquante ans après, les choses ont heureusement changé. Dans certain jardin proche de la maison de Voltaire s’échangent ainsi, en ce moment, témoignant d’un réel esprit d’entr’aide, de petits sacs de sucre, de petits bouts de papier coloré et même quelques châtaignes –affectueuses bourrades qui ne sont là, on s’en doute bien, que pour témoigner de l’universelle fraternité humaine.



Vers le haut

 
       
       
     
© IMV Genève | 13.01.2009