La revue électronique de l'Institut et Musée Voltaire
ISSN 1660-7643
       
         
   
   Hiver 2009Accueil   IMV   Contact
           
       
           
  SOMMAIRE   De nouvelles acquisitions      NUMEROS PRECEDENTS
         
 

Actualités de l'IMV
De nouvelles acquisitions
Voltaire nous écrit
Voltaire condamné
Clin d'oeil
Une question de patrimoine...
A propos de ...
Rousseau et la pensée de l'indépendance latino-américaine
Nouvelles du XVIIIème siècle
Naissance des Mémoires et Documents sur Voltaire
Liens
Les Trois Vies du Chevalier


Tout le numéro en pdf  

inscrivez-vous à la
Gazette des Délices

 

L’Institut et Musée Voltaire vient d’acquérir au mois d’octobre 2009 trois nouvelles toiles. Il s’agit de trois portraits de l’école suisse du XVIIIe siècle représentant Jacques-Louis de Pourtalès, Françoise Vasserot née Turretini et le baron Jean de Vasserot, seigneur de Dardagny. Vasserot, on le sait, s’est rendu célèbre par les conseils juridiques qu’il a su procurer au résident des Délices : c’est lui, par exemple, qui a dévoilé à Voltaire toute la réglementation complexe des lods et ventes, une spécificité genevoise en matière d’immobilier… Ces trois huiles sur toile côtoient à présent les membres de la famille Vieusseux dans le Petit Salon et la Loge des Délices.

La statue de Houdon restaurée

Qui eût cru qu’on redécouvrirait aujourd’hui tout le talent de Houdon ? C’est pourtant le constat que peuvent faire les visiteurs de l’Institut et Musée Voltaire face à la statue du Voltaire assis. Cette pièce centrale du premier étage des Délices avait subi dans les années 1930 une patine orange-ocre afin de la préserver d’éventuels accidents. Or cette méthode a dissimulé un grand nombre des détails sculptés par Houdon, comme les veines des avant-bras, les ongles, et jusqu’à certains plis de la robe. Nous nous retrouvons aujourd’hui, grâce à Michel Hirschy, restaurateur, avec une meilleure idée de la statue qui inspira James Pradier alors qu’il cherchait un modèle pour son propre Rousseau assis, aujourd’hui situé sur l’île Rousseau, à huit cents mètres seulement du musée...

Une société active

Suite à l’inauguration, le 24 septembre dernier, de la Bibliothèque de la Société Jean-Jacques Rousseau aux Délices, ladite société a mis en place un séminaire de recherche consacré au texte des Rêveries du promeneur solitaire. Deux après-midi de travail ont déjà permis d’identifier les questions qui se posent encore, s’agissant du manuscrit conservé à la Bibliothèque Publique et Universitaire de Neuchâtel. Plusieurs chercheurs genevois, lyonnais et parisiens, devenus grâce à ce séminaire des habitués des Délices, confirment le nouveau statut de l’ancienne maison de Voltaire, devenue centre fédérateur des recherches relatives au dix-huitième siècle dans le bassin lémanique.

Luis Britto Garcia aux Délices

C’est à l’initiative de l’ambassade de la République Bolivarienne du Venezuela que Luis Britto Garcia, professeur de la Faculté des sciences économiques et sociales à l’Université Centrale du Venezuela, et célèbre pour ses nombreux essais ou œuvres littéraires (La máscara del poder : del Gendarme Necesario al Demócratia Necesario, ou encore El Tirano Aguirre, La misa del Esclavo) a donné, le 3 décembre dernier, une conférence aux Délices intitulée « Rousseau et la pensée émancipatrice en Amérique latine ». Luis Britto Garcia s’est livré, au cours de la discussion, à un très long développement sur la manière dont il convenait d’appréhender les influences contrastées de Rousseau et Voltaire dans notre monde contemporain. La conférence, donnée en espagnol, a fait l’objet d’une traduction simultanée en français.



Vers le haut

 
       
       
     
© IMV Genève | 28.01.2010