Découvrez les musées municipaux
Toute l'offre culturelle


  • L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.
  • Site internet du Conservatoire et Jardin botaniques


  • Le FMAC a pour missions de développer la présence de l’art dans l’espace public et de soutenir les artistes actifs et actives à Genève. Le FMAC gère la Médiathèque, un espace de consultation et de diffusion d’une collection dédiée à l'art vidéo. Le FMAC Mobile, par ses actions de médiation, favorise l’intérêt et la compréhension des publics pour le domaine de l’art contemporain.
  • Page web du Fonds municipal d’art contemporain


  • Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.
  • Site internet du Musée Ariana


  • Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque et ses ateliers de restauration.
  • Site internet des Musées d'art et d'histoire


  • Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.
  • Site internet du Musée d'ethnographie


  • Le Muséum d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.
  • Site internet du Muséum d'histoire naturelle
    Site internet du Musée d'histoire des sciences

Faïence

Terrine. Manufacture de Strasbourg, 1749-1751. Faïence.

Pour imiter la blancheur des premiers spécimens de porcelaine chinoise arrivés en Mésopotamie autour du 9e siècle, les potiers du Proche-Orient imaginent de recouvrir la terre cuite d’un émail rendu opaque et blanc par l’adjonction d’oxyde d’étain (émail stannifère) : c’est l’invention de la faïence.

Invention, développement et diffusion

Cette technologie céramique s'implante en Europe à la faveur de la présence arabe en Espagne, en Sicile et dans le sud de l'Italie. Les ateliers de Malaga et de Valence assimilent également le décor lustré, cette « vaisselle dorée », qui connaît un succès retentissant auprès de la noblesse européenne. Pour la première fois en Occident, la céramique se libère de son rôle purement utilitaire pour devenir un produit de prestige.

Dans l’Italie de la Renaissance, la faïence (dite aussi « majolique ») gagne ses lettres de noblesse grâce au développement d'une polychromie flamboyante et d'une maîtrise picturale remarquables. Au 17e siècle, l'art de la faïence connaît de nouveaux développements techniques et stylistiques dans le nord de l'Europe, plus particulièrement à Delft. Afin d’imiter la porcelaine orientale – décorée en bleu de cobalt – acheminée par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (la célèbre VOC), les potiers hollandais perfectionnent la technique de la faïence, mettant toute l’Europe à la mode du Bleu et blanc.

Au 18e siècle, la France s'affirme comme le phare culturel de l'aristocratie européenne. Confronté à de sérieux problèmes de trésorerie, Louis XIV en vient à ordonner la fonte de toute vaisselle d'or et d'argent. La faïence prend dès lors une place prépondérante dans l'art de la table.

Lorsque – à la suite de Meissen – les Européens se mettent à produire leur propre porcelaine, la faïence se trouve une nouvelle fois menacée. Afin de rester compétitifs face aux décors raffinés et chatoyants de Meissen ou de Vincennes, les faïenciers assimilent la polychromie de petit feu, qui permet de réaliser une gamme de couleurs plus étendue et plus subtile, dont le pourpre et même la dorure.

Galerie multimédia