Découvrez les musées municipaux
Toute l'offre culturelle


  • L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.
  • Site internet du Conservatoire et Jardin botaniques


  • Le FMAC a pour missions de développer la présence de l’art dans l’espace public et de soutenir les artistes actifs et actives à Genève. Le FMAC gère la Médiathèque, un espace de consultation et de diffusion d’une collection dédiée à l'art vidéo. Le FMAC Mobile, par ses actions de médiation, favorise l’intérêt et la compréhension des publics pour le domaine de l’art contemporain.
  • Page web du Fonds municipal d’art contemporain


  • Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.
  • Site internet du Musée Ariana


  • Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque et ses ateliers de restauration.
  • Site internet des Musées d'art et d'histoire


  • Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.
  • Site internet du Musée d'ethnographie


  • Le Muséum d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.
  • Site internet du Muséum d'histoire naturelle
    Site internet du Musée d'histoire des sciences

Grès et faïence fine

Les céramistes anglais, à l'aube de la Révolution industrielle, contribuent à l'invention de nouvelles techniques céramique: le grès et la faïence fine.

Les évolutions techniques anglaises

La faïence fine

La faïence fine constitue l’un des apports essentiels des potiers anglais à l’histoire de la céramique européenne. Sa fabrication à grande échelle, à partir des années 1760, est également l’une des premières manifestations concrètes de la Révolution industrielle. Plus résistante et fine que la faïence traditionnelle, moins coûteuse que la porcelaine, la faïence fine connaît un succès considérable auprès des classes moyennes. Cette nouvelle technique céramique constitue un support idéal du décor imprimé, également mis au point en Angleterre vers le milieu du 18e siècle.
La fabrication de la faïence à la façon d’Angleterre se répand progressivement sur le continent, notamment dans le nord et l’est de la France. En Suisse, les manufactures de Zurich et de Nyon cherchent à diversifier leurs débouchés avec des produits plus aisés à écouler. A Carouge, la fabrication de la faïence fine débute en 1803 pour se poursuivre jusqu’au début du 20e siècle.

Le grès

C’est aussi en Angleterre, principalement dans le Staffordshire, que se développent au milieu du 18e siècle les grès fins colorés (comme les Black basaltes ou les Jasper wares, aux ornements moulés et appliqués) qui seront bientôt imités dans toute l’Europe.