Découvrez les musées municipaux
Toute l'offre culturelle


  • L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.
  • Site internet du Conservatoire et Jardin botaniques


  • Le FMAC a pour missions de développer la présence de l’art dans l’espace public et de soutenir les artistes actifs et actives à Genève. Le FMAC gère la Médiathèque, un espace de consultation et de diffusion d’une collection dédiée à l'art vidéo. Le FMAC Mobile, par ses actions de médiation, favorise l’intérêt et la compréhension des publics pour le domaine de l’art contemporain.
  • Page web du Fonds municipal d’art contemporain


  • Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.
  • Site internet du Musée Ariana


  • Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque et ses ateliers de restauration.
  • Site internet des Musées d'art et d'histoire


  • Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.
  • Site internet du Musée d'ethnographie


  • Le Muséum d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.
  • Site internet du Muséum d'histoire naturelle
    Site internet du Musée d'histoire des sciences

Repères historiques

Gustave Revilliod (1817-1890), grand collectionneur et mécène, fit construire entre 1877 et 1884 un musée privé destiné à recevoir ses collections personnelles.

Un musée privé légué à la collectivité publique

Le projet culturel de Revilliod était ambitieux. Conformément à l'esprit encyclopédique de la fin du 19e siècle, ses collections reflètent alors les manifestations les plus diverses de la créativité humaine, de l'Antiquité à l'époque contemporaine, en Europe, au Proche-Orient et en Extrême-Orient. Dans sa configuration d'origine, le musée abritait outre la céramique, le verre et le vitrail, des collections de peinture, sculpture, des livres anciens, des monnaies, de l'argenterie, du mobilier et bien d'autres curiosités.

Gustave Revilliod ayant légué son musée et ses collections à la Ville de Genève, l'Ariana devient musée municipal après le décès du bienfaiteur en 1890.

Après l'ouverture, en 1910, du grand Musée d'art et d'histoire au Centre-Ville, le Musée Ariana sombre peu à peu dans l'oubli. En 1934, les autorités municipales décident donc de le consacrer au domaine de la céramique. Les nombreux transferts de collections – toute la céramique du Musée d'art et d'histoire, à l'exclusion de l'Antiquité, étant regroupée à l'Ariana – s'achèvent en 1956.

Les collections de verre rejoignent l'Ariana en 1986 et le vitrail en 2000, lui conférant définitivement son statut de musée des arts du feu, parmi les cinq institutions les plus importantes d'Europe dans ce domaine.

Afin que le public puisse apprécier non seulement l'architecture particulière du bâtiment, mais disposer aussi de toutes les infrastructures nécessaires à un musée moderne, l'Ariana connaît une restauration importante qui dure près de douze ans. Le chantier est enfin terminé en 1993 et le Musée à nouveau ouvert au public.

En 2010, le Conseil administratif genevois décide l'autonomie administrative du Musée Ariana, resté filiale du Musée d'art et d'histoire pendant plus de soixante ans.
Depuis lors, l'Ariana accueille chaque année une moyenne de 55'000 visiteurs et sa visibilité institutionnelle s'est largement accrue auprès de publics diversifiés.