Découvrez les musées municipaux
Toute l'offre culturelle


  • L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.
  • Site internet du Conservatoire et Jardin botaniques


  • Le FMAC a pour missions de développer la présence de l’art dans l’espace public et de soutenir les artistes actifs et actives à Genève. Le FMAC gère la Médiathèque, un espace de consultation et de diffusion d’une collection dédiée à l'art vidéo. Le FMAC Mobile, par ses actions de médiation, favorise l’intérêt et la compréhension des publics pour le domaine de l’art contemporain.
  • Page web du Fonds municipal d’art contemporain


  • Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.
  • Site internet du Musée Ariana


  • Les Musées d’art et d’histoire forment le plus grand ensemble muséal de Suisse, avec ses cinq musées et leurs 700'000 objets, sa bibliothèque et ses ateliers de restauration.
  • Site internet des Musées d'art et d'histoire


  • Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.
  • Site internet du Musée d'ethnographie


  • Le Muséum d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.
  • Site internet du Muséum d'histoire naturelle
    Site internet du Musée d'histoire des sciences

Still Green Lemon Screen

Musée Ariana
21 août 2018  14 octobre 2018
10h - 18h
entrée libre

Still Green Lemon Screen, Céramique, dessin 3D, retouche d'image
© Photo : Jennifer Niederhauser Schlup

A l'occasion de son 20e anniversaire, la Fondation Bruckner pour la promotion de la céramique a souhaité présenter, en partenariat avec le Musée Ariana, le travail de Noemi Niederhauser, lauréate 2015 des Bourses de la Fondation Bruckner. La céramiste propose « Still Green Lemon Screen », une installation préparée en collaboration avec la photographe Jennifer Niederhauser Schlup.

Noemi Niederhauser & Jennifer Niederhauser Schlup ont conçu la vitrine du Musée Ariana comme une fenêtre ouverte sur un monde dans lequel les démarcations tracées par l’esprit dans l’espace et le temps se dissolvent, laissant place à l’univers infini de l’intuition. Les artefacts présentés ont été créés en mêlant pratiques millénaires et technologies récentes : céramiques montées à la main côtoient dessin 3D, retouche d’images ou bois taillé.

Le spectateur est plongé dans un monde chaotique, où l’intersection et l’hybridation de réalités autrefois distinctes créent un pandémonium de contenus susceptibles d’être reproduits sans fin.

Noemi Niederhauser (Suisse, 1984) est céramiste, boursière de la Fondation Bruckner en 2015, designer, soudeuse, plasticienne, curatrice et fondatrice d’un espace géré par des artistes à Athènes (Grèce) (http://a-dash.space). Détournant des discours et pratiques liés aux domaines de l’ethnographie, de l’histoire ou de l’archéologie, ses installations visuelles sont ancrées dans
des contextes et environnements spécifiques. En se focalisant sur des détails, objets, récits ou anecdotes qu’elle amplifie, Noemi Niederhauser interroge la symbolique et la valeur culturelle attribuée à différents matériaux et artefacts à travers le temps et l’histoire.
Jennifer Niederhauser Schlup (Suisse, 1981) est photographe, directrice artistique, enseignante, fondatrice et rédactrice en chef d’Adventice Magazine.
Ses images sont des simulacres subtils dont le but est de générer de nouvelles perceptions, où le vrai et le faux prennent une autre dimension. Elle utilise l’espace photographique comme un flux d’informations instable pour confondre l’expérience visuelle - en combinant le lien entre le sujet « réel » et les interventions numériques qui les recouvrent.
Ensemble, elles créent ce qu’elles nomment des symphonies « rassemblant plusieurs voix ». Leur pratique commune est une expérience de mise en avant des qualités fluctuantes et illusoires de tout fait ou artefact donné. Les propositions visuelles et les installations qu’elles mettent en place maintiennent une forme de narration ouverte à l’interprétation personnelle et à la recherche d’une forme de vérité.

Document de salle téléchargeable