Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Rencontre avec Jean-Michel Olivier

Écrivain

Conférence le 24 juin 2015
À 18h30

Issu d'une vieille famille vaudoise, Jean-Michel Olivier est né en 1952 à Nyon. Il a passé une enfance agitée et inquiète à Genève, dans le quartier populaire de Saint-Jean (dont chaque rue, encore aujourd'hui, porte le nom d'une œuvre de Rousseau).

Non loin de là, le Stade des Charmilles oriente ses émois, ce qui le fait hésiter longuement entre une carrière de footballeur et des études dont le sérieux ne lui apparaît que fort tard. Après une maturité classique (au Collège Rousseau, bien sûr!), il entreprend une licence de Lettres à l'Université de Genève où il a la chance d'avoir pour maîtres Jean Starobinski, Jean Rousset, Michel Butor et le génial Roger Dragonetti. Il publie son mémoire de français sous le titre "Lautréamont: le texte du vampire", qui obtient le prix Hentsch en 1978. C'est le début d'une carrière littéraire où essais et textes de fiction alternent. Il signe de nombreux romans parmi lesquels "Les Innocents" (1996) où apparaissent en filigrane les figures de Voltaire et de Salman Rushdie. Il reçoit en 2010 le prix Interallié pour "L’amour nègre".