Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Historique

Le décès d'un être cher, une succession sans héritiers directs, un déménagement, le simple besoin de faire de l'ordre, autant de raisons de se séparer d'objets et de souvenirs. Parmi ces souvenirs figurent souvent des papiers ou des archives de famille; ces archives se composent généralement de plusieurs types de documents:

– Des pièces que l'on garde comme souvenirs et qui servent de support à la mémoire: des albums de photographies, des cahiers d’écolier, de la correspondance familiale, parfois même des récits de voyage ou des textes de nature autobiographique, des journaux intimes par exemple.

– Des documents que l'on garde pour des motifs juridiques ou administratifs: des extraits d'état civil, des copies de contrats, des liquidations de successions, des titres de propriété, des diplômes, des papiers bancaires, des comptes de travaux de rénovation immobilière.

– Des documents de nature plus professionnelle, en relation avec l'activité exercée un membre de la famille: des manuscrits de conférences, des notes de lecture, des manuscrits d'œuvres littéraires, scientifiques, musicales, de la documentation réunie pour étudier un sujet (coupures de presse, brochures et autres), des agendas, de la correspondance avec des collègues.

– Si un membre de la famille a été secrétaire ou président d'une association, ou d'une chorale, ou d'une amicale: des procès-verbaux de comités ou d'assemblées, des circulaires.

– Parfois ces papiers sont bien rangés, dans des dossiers et des cartons munis d'un titre. Parfois ils ont été mis en vrac dans des caisses, dans des tiroirs, sur les rayons d'une bibliothèque, et il est plus difficile de les analyser. Souvent, on se demande s'ils ont encore une utilité, s'ils peuvent intéresser quelqu'un – peut-être un historien des siècles à venir? Ne serait-il pas plus simple de tout jeter?

Jeter... ou conserver?

La corbeille à papier offre certes l'avantage de la rapidité et de la simplicité, mais les générations futures ne nous reprocheront-elles pas la destruction? Avec les papiers, n'est-on pas en train de détruire une page intéressante ou importante de la mémoire du pays? Peut-être! Il n'y a pas que les personnes célèbres qui intéressent la postérité, bien au contraire.

Dans chaque canton, il existe des bibliothèques et des centres d'archives où travaillent des spécialistes prêts à prendre en charge les archives des particuliers pour les classer, les inventorier, les ranger dans des enveloppes et des cartons, et les mettre ensuite à la disposition des chercheurs intéressés, selon les conditions fixées d'entente avec les donateurs.

Les archives privées forment une part essentielle de notre patrimoine: provenant de familles, de particuliers, d'associations ou d'entreprises, elles permettent d'illustrer des aspects moins documentés de notre histoire. Quand il s'agit des papiers d'un professeur, d'un chercheur, d'une personnalité du monde intellectuel ou culturel au sens large, une bonne sauvegarde des archives assure la pérennité de son œuvre. D'autres chercheurs pourront l'étudier et s'en inspirer.

Voici quelques questions souvent posées à la Bibliothèque de Genève


Q.: Quel est l'intérêt d'offrir des archives à la Bibliothèque de Genève?

R.: Au Département des manuscrits, les archives sont inventoriées et conservées par des professionnels, dans de très bonnes conditions.

L'institution a une grande renommée et accueille des chercheurs genevois et étrangers. Elle garantit la survie à long terme des archives qui lui sont confiées, et leur mise à disposition pour la recherche selon une déontologie stricte.

En donnant ses papiers à la Bibliothèque de Genève, une famille ou une personnalité est assurée que ses archives permettront d'écrire l'histoire de notre époque, en mettant en lumière des aspects différents de ceux que l'on trouve dans les documents officiels.

Q.: Faut-il que je trie mes archives avant de les offrir à la Bibliothèque de Genève?

R.: Non, ou seulement avec grande prudence. Les archivistes connaissent les méthodes d'évaluation et les besoins de la recherche. Ils sont formés pour sélectionner et trier les documents qui méritent sauvegarde. Vous risqueriez de détruire des pièces qui vous paraissent sans intérêt, mais qui, en fait, constituent des témoignages vivants. En revanche, il est important de les mettre en ordre et de les identifier.

Q.: Mes archives contiennent des documents confidentiels, je ne souhaite pas que n'importe qui y mette son nez.

R.: Les données personnelles sensibles doivent être protégées, conformément à la législation fédérale et cantonale. Vous pouvez accompagner votre don de restrictions d'accès, valables pendant une période à discuter avec la Bibliothèque.

Q.: Ne faudrait-il pas que je donne une partie de mes archives à une autre institution?

R.: Il est toujours dommage de disloquer un fonds d'archives. Un fonds d'archives est un ensemble de pièces de toute nature (papiers, images) que toute personne physique ou morale, ou tout corps administratif, a automatiquement et organiquement réunies en raison même de ses fonctions ou de son activité. Il doit conserver son intégrité. C'est le principe du respect des fonds. Un document d'archives se définit toujours par son contexte.

Q.: La famille aura-t-elle encore accès aux papiers, une fois qu'ils seront à la Bibliothèque de Genève?

R.: Oui!

Q.: Mes documents ont-ils une valeur marchande?

R.: Pour intéresser le marché du manuscrit, l'auteur du document doit être une personne célèbre. Les marchands dispersent les fonds, et un document acheté par un privé est le plus souvent perdu pour la recherche. Les propriétaires d'archives ont souvent une idée fausse de la valeur marchande des documents. Les employés de la Bibliothèque de Genève ne sont pas habilités à estimer la valeur marchande de vos papiers, mais ils peuvent vous donner leur avis sur leur rareté et leur intérêt. Monnayer les traces de la pensée humaine est toujours regrettable.

Q.: Puis-je bénéficier d'un dégrèvement fiscal en cas de don?

R.: Eventuellement. La loi genevoise sur la dation en paiement du 1er décembre 1995 (loi D 3 35) et son règlement d'application du 30 septembre 1996 (D 3 35.01) prévoient la possibilité que les droits de succession ou de donation entre vifs puissent être acquittés totalement ou partiellement au moyen de biens culturels.

Promenade des Bastions 1
1211 Genève 4

T: +41 22 418 28 00
F: +41 22 418 28 01
info.bge(at)ville-ge[dot]ch

Département des manuscrits et des archives privées
mss.bge(at)ville-ge.ch
T: +41 22 418 28 25