Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Historique

Si l’histoire de la Bibliothèque de Genève est indissolublement liée au nom de Calvin, à qui elle doit son existence, c’est un autre citoyen de la République qui a été mis à l’honneur: le philosophe Jean-Jacques Rousseau. La Bibliothèque a participé activement aux commémorations fêtant le tricentenaire de sa naissance et toutes les unités et sites ont été mis à contribution, car notre Bibliothèque est la maison de cet enfant de Genève. Trois expositions, un opéra, des concerts, l’inventaire de ses manuscrits, des publications, des conférences et colloques: ce fut un véritable feu d’artifice. Pour ne pas fâcher Voltaire, grâce à un don exceptionnel, la Bibliothèque possède désormais la collection la plus importante au monde de manuscrits et d’éditions du XVIIIe siècle du philosophe des Lumières. 2013 et 2014 ont également été consacrées à valoriser les collections originales du Dépôt légal et celles des affiches, ainsi qu’à préserver les collections photographiques de l’atelier des Boissonnas et du daguerréotypiste Jean-Gabriel Eynard. L’année 2014 s’est terminée en fanfare avec l’entrée dans nos collections des archives, des manuscrits et de la bibliothèque du fondateur de la Suisse moderne, le général Guillaume-Henri Dufour.


Le Dépôt légal

La combinaison des mots « dépôt » et « légal » fait rarement rêver, pourtant, sous cette dénomination un peu rebutante, se dissimule l’un des cœurs de la collection de la Bibliothèque de Genève, composée de nombreux trésors. Trois expositions et de très nombreux événements et publications ont montré combien le dépôt légal témoigne, au jour le jour, de la vie des Genevois.

Des ouvrages anciens ou d’érudition y côtoient les albums de Zep ou des revues pornographiques, enfouies pudiquement jusqu’alors. Comme plus de la moitié de cette collection n’a pas été diffusée en librairie et aurait en grande partie disparu sans notre travail de collecte quotidien, ce projet a rappelé aux éditeurs de « littérature grise », l’importance de déposer leurs imprimés. Il a alerté également les édiles cantonaux et municipaux (le dépôt légal est régi par une loi cantonale mise en œuvre par la Ville de Genève) quant à l’urgence d’instituer un dépôt légal numérique, sous peine de voir disparaître rapidement un pan entier de la mémoire de Genève.

Une vitrine de l'exposition "500 Ans au quotidien, Histoire de femmes" à l'Espace Ami Lullin, aux Bastions, 2014.

Ce projet qui a recueilli un grand écho dans la presse et les médias, a réaffirmé la place de la Bibliothèque dans la chaîne de production du livre (imprimeurs – éditeurs – libraires), et permis de renforcer le dialogue avec les libraires genevois.

Plus d'informations sur le Dépôt légal ici.

Acquisitions

Ces années ont été extraordinaire pour l’enrichissement de nos collections, car nous avons eu le bonheur de recevoir plusieurs collections d’importance nationale et internationale. Jean-Daniel Candaux a eu la générosité de nous offrir sa collection de 1704 éditions de Voltaire du XVIIIe siècle en 2014. Grâce à ce geste, la collection de la Bibliothèque de Genève est désormais la plus riche au monde en éditions anciennes du philosophe ; le fonds est conservé sur le site du Musée Voltaire.

Le Général Guillaume-Henri Dufour, ornement de la Cité et fer de lance de la Suisse moderne, a pris désormais ses quartiers dans la Bibliothèque. La Fondation Archives Dufour a déposé son patrimoine d’exception, composé de ses manuscrits, livres, cartes  et objets en 2014. La polyvalence inouïe de sa carrière est représenté dans ce fonds : l’ingénieur, le militaire, le cartographe, le directeur du cadastre et le cofondateur de la Croix-rouge.

Le fonds des archives de Guillaume-Henri Dufour contient des documents inédits, tels que ce projet de pont dessiné par le Général.

L’Institut Jaques-Dalcroze nous a également offert l’ensemble de ses archives (partitions, photographies, correspondances, cahiers de cours) du musicien et pédagogue genevois dont la méthode, la rythmique, a ouvert des perspectives insoupçonnées dans les domaines musicaux, chorégraphiques et thérapeutiques. Le musicologue Jacques Tchamkarten a rédigé à notre demande un volume consacré à son œuvre de compositeur.

Suite à ces trois dons exceptionnels touchant aux XVIIIe, XIXe et au début du XXe siècle, la Bibliothèque a eu le privilège d’accueillir les archives du plus grand éditeur littéraire romand des quarante dernières années : Zoé. L’originalité de ce don consiste à intégrer progressivement les archives courantes, dès qu’elles auront acquis le statut d’archives historiques.

La Bibliothèque a également reçu un fonds d’un millier de partitions du musicien de jazz genevois Roby Seidel (1942-2014), à la fois directeur de big band, arrangeur et compositeur. Cet ensemble complète les quelque deux cents œuvres manuscrites déjà conservées parmi les œuvres du fonds du Groupe Instrumental Romand (GIR) de Radio-Genève cédé par la Radio Télévision Suisse en 2012, et conservé sur le site de La Musicale.

Des détails et de plus amples informations sur les acquisitions physiques et numériques réalisées en 2013 - 2014 sont disponibles ici.

Jean-Gabriel Eynard et l’Atelier des Boissonnas

Notre Centre d’iconographie a vu son patrimoine augmenté de deux collections remarquables du XIXe siècle: celle des Boissonnas, le plus important atelier de photographie genevois, et de Jean-Gabriel Eynard, dont nous avons acquis un ensemble de 135 daguerréotypes qui contient la première photographie connue réalisée en Suisse.

Un daguerréotype de Jean-Gabriel Eynard est manipulé lors du processus de conservation de ce fonds, Centre d'iconographie, 2014

Les archives de l’atelier Boissonnas documentent de manière inédite un siècle de photographies à Genève, de 1860 à 1990. Avec Frédéric, son plus illustre représentant, son activité s’est étendue de la Suisse à la Grèce et de la Russie à l’Afrique du Nord. La très grande qualité des images produites par cet atelier est aujourd’hui reconnue dans le monde entier. La Ville de Genève a acquis ce fonds en novembre 2011. Les archives Boissonnas comportent une grande variété de supports et de matériaux, du négatif sur support souple ou sur plaque de verre à l’autochrome en passant par les différents types d’épreuves argentiques. Il comporte aussi des albums, des livres, des objets, des manuscrits, soit près de 140 000 pièces environ. Pour assurer la sauvegarde à long terme de ce patrimoine, un vaste chantier de conservation préventive a débuté en 2014. Pour le mener à bien une restauratrice et trois techniciennes de conservation ont été recrutées pour un peu plus d’une année. 22 046 supports photographiques ont déjà été traités. Afin de valoriser ce fonds en cours de traitement, nous avons commandé un film à Laura Schmid «Frédéric Boissonnas rythmicien», projeté lors de la Nuit des images du Musée de l’Elysée à Lausanne. Une exposition consacrée aux photographies mises-en-scène des enfants de Frédéric Boissonnas («Enfants modèles») a inauguré le nouvel espace d’exposition de la Bibliothèque sur le site des Bastions.

Des informations sur le travail de conservation autour du fonds Boissonnas ici.

2670 heures de travail sur huit jours

Au début septembre 2014, la Bibliothèque de Genève a fermé ses portes pour mener des chantiers de rénovation au bâtiment des Bastions. Elle a saisi cette opportunité pour mobiliser ses équipes au quai du Seujet (son lieu de conservation distant), au Musée Voltaire et surtout au Centre d’iconographie. Pendant huit jours, le Centre d’iconographie a été le théâtre d’un important remue-ménage. Pas moins de 106 personnes, dont 50 collaborateurs de la Bibliothèque de Genève, ont œuvré sur divers postes de travail : 135 œuvres d’art désencadrées et une centaine de tableaux emballés et reproduits, 600 estampes, 4000 photographies grand format ainsi que 8000 plans et cartes du Vieux-Genève, entièrement cotées et reconditionnées, trois fonds de photographes représentant 40’000 négatifs et 10’000 tirages traités. À cela s’ajoutent le catalogage de plus de 400 ouvrages de la bibliothèque et la création d’un espace dévolu au matériel de conservation. Ce chantier n’aurait pu voir le jour sans l’aide fournie par l’office cantonal de la Protection de Biens culturels (PBC) qui a mis à notre disposition 56 astreints. Ce chantier aura représenté plus de 2670 heures de travail pendant une semaine et une première collaboration cantonale coordonnée de la protection des biens culturels.

Des affiches et des expositions

Le département des affiches a présenté un ensemble exceptionnel d’œuvres  à l’occasion des manifestations autour du dépôt légal sur notre site des Bastions. À Lausanne en novembre 2014, la Bibliothèque a organisé une exposition sur les affiches Art nouveau en Suisse, « Autour du Léman », qui a attiré plus de 11’000 visiteurs, très impressionnés par la taille et la qualité de ces affiches. Une scénographie originale, un cube coloré où il faisait bon se reposer et méditer, était au centre du Salon des Antiquaires.

Exposition "Autour du Léman" au Salon des Antiquaires, Lausanne, 2014. (BGE/Matthias Thomann)

Outre les expositions hors-murs dans des lieux non muséaux (à Palexpo pendant la foire des Automnales ; dans la rue de la Corraterie et au Grand Théâtre de Genève), la Bibliothèque a prêté plus de cent pièces (affiches, imprimés, manuscrits, supports photographiques, tableaux) dans 14 expositions nationales ou internationales.

La Bibliothèque a également participé à plusieurs événements organisés par la Ville (Nuit des musées, Journée des métiers d’art, Fête de la musique) qui ont à chaque fois attiré un public nombreux, curieux et surpris de la variété des savoirs et des collections dont la Bibliothèque est dépositaire.

La page Éphéméride recense la plupart des actions publiques menées par la Bibliothèque en 2013 et 2014.

Une nouvelle politique des publics

En décembre, nous avons inauguré le nouvel aménagement du service de référence sur le site des Bastions qui a permis d’augmenter considérablement la qualité de nos services au public. Aujourd’hui, les bibliothécaires sont amené-e-s à effectuer leur travail d’information tant sur les sites de la bibliothèque que de façon virtuelle, en répondant aux demandes toujours plus nombreuses qui nous parviennent via l’Internet, tantôt directement, tantôt par le service de renseignements à distance, Interroge, commun aux bibliothèques de la Ville de Genève. Initié en décembre 2013, celui-ci a trouvé rapidement sa vitesse de croisière avec plus de 1600 questions en 2014.

Augmenter la qualité et le nombre de services au public étaient au cœur de la réflexion menée sur la restructuration de l’institution, déjà amorcée en 2013 avec un accroissement substantiel des heures d’ouverture au public (plus de 22 %). La bibliothèque possède désormais un organigramme composé de 5 unités permettant d’affirmer clairement la dimension patrimoniale et de recherche (Collections spéciales), la dimension scientifique au service de la communauté universitaire et des Genevois (Collection générale), de gérer simultanément les bâtiments et les collections (Régie) et de valoriser les services aux usagers (Publics), à côté des charges de gestion (Administration).

Le Musée Voltaire et la recherche au sein de la Bibliothèque de Genève

La Bibliothèque de Genève a la chance d’être composée de quatre sites (la bibliothèque des Bastions, la Musicale, le Centre d’iconographie et le Musée Voltaire) sur lesquels peuvent être développées des approches différentes du patrimoine et du savoir. Le Musée Voltaire abrite, comme nous l’avons déjà signalé, la plus importante collection au monde d’éditions anciennes du philosophe. L’année 2014 nous a permis de fêter pendant deux jours les soixante ans de l’institut de recherche fondé par Theodore Besterman avec pour mission de favoriser la publication de son œuvre.

Le Musée Voltaire (anciennement Institut et Musée Voltaire), fondé par Theodore Besterman en 1954, a célébré ses 60 ans en 2014.

L’étude des Lumières demeure le point fort de la recherche menée par les collaborateurs de la Bibliothèque de Genève et les savants du monde entier qui y sont invités pour des journées d’études ou des conférences. En 2014, l’accent a porté sur François Tronchin (1704-1798) et ses collections d’œuvres d’art.

Une collaboration a été engagée avec l’université de Genève sur un projet intitulé «Herméneutique des Lumières» et accepté par le Fonds National de la recherche Suisse. Constitué de quatre axes respectivement intitulés « Éditer », «Interpréter», «Lire» et «Entendre». Le Musée Voltaire dirigera dans ce projet le groupe « Éditer ».

La Bibliothèque de Genève a édité sept livres en 2014 : trois à l’occasion des expositions consacrées au dépôt légal ; deux dans sa collection des « Belles pages » : l’un sur Émile Jaques-Dalcroze compositeur par Jacques Tchamkarten, l’autre sur La Renaissance lyonnaise dans les collections genevoises par Frédéric Elsig ; et deux dans sa nouvelle collection chez l’éditeur Brepols « Nugæ humanisticæ » qui publie des ouvrages en relation avec l’histoire du livre et des idées : le premier est une introduction à la bibliographie historique et matérielle, Le livre à la Renaissance par Jean-Paul Pittion, le second est consacré à l’édition des lettres en grec, latin et français de Fédéric Morel II éditeur, traducteur et imprimeur par Judit Kecskeméti.

Ouvrages de vulgarisation, de réflexion ou d’érudition, tous les sept nous racontent à leur manière un peu de la Bibliothèque de Genève aujourd’hui.

Découvrez le réseau scientifique de la Bibliothèque ici.

La Bibliothèque numérique

La Bibliothèque de Genève est l’un des cinq partenaires de la bibliothèque numérique des livres anciens en Suisse e-rara.ch, reconnue mondialement pour la qualité et l’excellence technique des numérisations proposées. Celle-ci offre fin 2014 plus de 27'000 titres en ligne, soit près de deux millions de pages, tous partenaires confondus. Dans ce cadre, la Bibliothèque continue de numériser son fonds d'éditions genevoises du XVIe siècle. 17 manuscrits précieux de la Bibliothèque de Genève ont également enrichi la base e-codices.ch qui se singularise par sa volonté d’ajouter des contenus scientifiques à l’offre numérique. Cette bibliothèque virtuelle présente désormais 1233 manuscrits conservés en Suisse. A côté de ces projets de collaboration inter-cantonaux, notre atelier a numérisé un grand fond de manuscrits en 2014 (plus de 53'000 pages), dont une bonne partie a été consacrée à la mise en valeur et à l’étude de l'édition de la Correspondance du financier et amateur d'art François Tronchin (1704-1798) en collaboration avec l' Université de Genève.

Les projets numériques de l'institution sont à découvrir ici.

[Carte du Léman] Du Villard, Jean, [Genève]: [s.n.], 1588.

Un ensemble de 511 cartes et plans anciens de Genève et sa région ont rejoint, par ailleurs, Rerodoc, la bibliothèque numérique du Réseau roman des bibliothèques qui abrite notre catalogue en ligne, dont le contenu se dématérialise chaque année davantage. Si notre opac contient près de 2'600'000 notices bibliographiques qui désignent des ressources imprimées, l’ensemble des ressources électroniques offert par RERO avoisine les 30'000'000 de documents. Nos bibliothécaires sont devenus des spécialistes en information documentaire dont le rôle consiste désormais plus à aiguiller les chercheurs dans cette forêt immense que de cataloguer les documents physiques que nous achetons.

Le Projet de numérisation du patrimoine culturel et intellectuel genevois qui réunit les bibliothèques de la Ville de Genève ainsi que les Archives municipales, a reçu l’aval du Conseil administratif. Un projet pilote a été initié et concernera la numérisation et la mise en ligne de 70'000 pages de la Tribune de Genève (1879-1920), ainsi que, en collaboration avec la Bibliothèque d’art et d’archéologie,  26'000 pages de la revue Genava.

Vers la page consacrée aux projets numériques.

Écoquartier

La construction d’un bâtiment destiné à accueillir les collections patrimoniales conservées dans les musées et bibliothèques de la Ville de Genève est un travail de longue haleine. A l’horizon 2019, la Bibliothèque de Genève y disposera, de 1122 m2 d’espaces de stockage qui répondront aux conditions les plus exigeantes pour assurer la conservation de nos collections précieuses. Les équipes de la Bibliothèque sont déjà au travail pour choisir le mobilier et le matériel destiné à équiper ces magasins. On s’attelle aussi à établir un budget pour le déménagement et à sélectionner les collections qui partiront à l’Ecoquartier.

Plus d'informations sur l'Écoquartier ici.

Rétroconversion

Depuis 2010, la Bibliothèque pilote cette vaste opération engagée par toutes les bibliothèques scientifiques de la Ville de Genève et qui consiste à saisir dans un système informatique les données contenues dans les catalogues et inventaires sur papier.

L’année 2013 a vu l’achèvement de la rétroconversion pour la Bibliothèque d’art et d’archéologie et la bibliothèque du Musée d’ethnographie. A la Bibliothèque, les catalogues des imprimés et du Centre d’iconographie genevoise sont en grande partie recatalogués. L’essentiel du travail est effectué sur place par des auxiliaires qualifiés, mais une partie a pu être sous-traitée à l’entreprise Medea. L’opération doit se poursuivre jusqu’à fin 2016.

Des informations complémentaires sur la rétroconversion ici.

Enquête sur les publics de la Musicale

Une grande enquête de satisfaction a été menée courant 2013-2014 auprès des lecteurs de La Musicale. Menée par le biais d'entretiens individuels avec les usagers, l'étude s'est basée sur un questionnaire élaboré à cet effet. Les données ont été compilées et analysées pour produire un rapport.
De manière globale, la qualité du service a été relevée par les sondés, ce qui met en lumière le travail assidu des bibliothécaires de la Musicale.
A la suite à cette enquête, un nombre d’axes de développement ont été définis par la Direction de la Bibliothèque de Genève dans le but d'optimiser les services aux publics.

Découvrez le rapport et ses résultats ici.

Un nouveau projet culturel

2014 a vu l’aboutissement de l’immense travail mené par l’expert Andrea Giovannini sur l’analyse de l’ensemble des bâtiments et sur l’état de conservation des fonds de la Bibliothèque de Genève. Son dernier rapport, consacré au Centre d’iconographie, clôture dix années d’analyse qui ont permis à la Bibliothèque de se doter d’une documentation exceptionnelle et de bénéficier d’une vision d’ensemble sur les améliorations à apporter, aux locaux comme aux pratiques de conservation. Peu de bibliothèques ont eu le courage d’établir ce constat, sans fard, des forces, défauts ou dysfonctionnement de ses méthodes de travail. Je dois remercier le personnel de la Bibliothèque de sa participation honnête et enthousiaste, et surtout de sa réaction après la lecture de ces rapports qui nous a permis de résoudre déjà un bon nombre des problèmes identifiés.

Bibliothèque de Genève, site des Bastions.

Le Conseil d’Etat et le Conseil administratif de la Ville de Genève ont prononcé une déclaration conjointe relative à la loi sur la culture en octobre 2013, dans laquelle a été exprimée la possibilité d’un transfert de la Bibliothèque au Canton de Genève. Cette déclaration a mandaté un groupe de travail, réunissant des représentants du Canton, de l’Université et de la Ville, pour rédiger un projet culturel pour la Bibliothèque de Genève dans cette perspective. Afin d’initier la réflexion sur ce projet culturel, la direction de la Bibliothèque de Genève a convié divers interlocuteurs à une présentation de l’état de conservation des bâtiments et des collections, à partir de l’expertise menée ces dernières années.

Après le refus du vote du budget du silo à livres en novembre 2012 qui aurait permis de désengorger nos magasins arrivés à saturation, ce nouveau projet culturel nous permettra de redéfinir la vocation de la plus ancienne institution culturelle de la République de Genève et de clarifier sa relation avec l’Université, dont elle fut pendant quatre siècles la bibliothèque principale.

Alexandre Vanautgaerden
Directeur de la Bibliothèque de Genève

Les anciens rapports annuels de la Bibliothèque sont disponibles sur RERO DOC