Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Historique

Un premier musée avait été créé aux Délices peu après 1945. Les collections acquises par la Ville de Genève depuis lors ont permis la création de l'Institut et Musée Voltaire (aujourd'hui Musée Voltaire) en 1952, et son inauguration officielle le 2 octobre 1954.

"Vue des Délices de M. de Voltaire, près de Genève", estampe, 1769, IMC IC 222

C’est en 1755 que Voltaire s’installe à Genève. Plusieurs raisons motivent cette décision: tout d’abord, il ne peut revenir à Paris; il a eu vent, ensuite, de la «fabrique» des frères Cramer, «libraires» à Genève; enfin, et surtout, réside à Genève le célèbre médecin Tronchin. C’est d’ailleurs grâce à la famille Tronchin que Voltaire peut acheter la propriété de Saint-Jean, qu’il rebaptise aussitôt ses Délices: il y reste cinq ans et y rédige la fin de L’Orphelin de la Chine, le Poème sur le désastre de Lisbonne et Candide.

En octobre 1760, Voltaire s’établit au château de Ferney, acquis deux ans auparavant. Les Délices, revendus en 1765, resteront aux mains de la famille Tronchin jusqu’en 1840. En 1929, la maison est rachetée par la ville de Genève.

Après la Seconde Guerre mondiale, Theodore Besterman, milliardaire passionné de Voltaire, offre à la ville sa collection de tableaux, d’imprimés et de manuscrits. Il est le premier conservateur de ce qui devient, le 2 octobre 1954, l’Institut et Musée Voltaire.

Une importante restauration des locaux est engagée dès 1989. Trois espaces publics sont alors dégagés: la bibliothèque accueille lecteurs, chercheurs et curieux de Voltaire; le rez-de-chaussée propose aux visiteurs la collection permanente du musée; enfin, le premier étage est réservé aux expositions temporaires et aux activités de recherche de la Bibliothèque de Genève, précisément axées sur le 18e siècle.

Entrons dans les détails...

Après plus de deux ans passés à Potsdam, Voltaire se voit contraint de quitter la Prusse. Il ne peut être question pour lui de retourner à Paris: ses écrits ont en effet déplu à la cour de Versailles, et ses relations étroites avec Frédéric II le rendent suspect aux yeux de Louis XV. Il décide alors de s’installer à Genève.

C’est par l’entremise de la famille Tronchin, une des plus influentes de Genève, que Voltaire acquiert en février 1755 la propriété de Saint-Jean, propriété qu’il rebaptise «Les Délices».

Le philosophe s’y installe le 19 mars 1755; il y reste cinq ans et y écrit quelques-uns de ses textes les plus célèbres, parmi lesquels le Poème sur le désastre de Lisbonne et Candide. Les Délices comprennent à l’époque non seulement la maison de maître, mais aussi la dépendance appelée le «Clos Voltaire», où Voltaire logeait ses domestiques. Le philosophe éprouve, en arrivant dans sa nouvelle demeure, un véritable sentiment de bonheur:

«Je ne me vante point d'avoir en cet asile
Rencontré le parfait bonheur:
Il n'est point retiré dans le fond d'un bocage;
Il est encor moins chez les rois;
Il n'est pas même chez le sage:
De cette courte vie il n'est point le partage.
Il y faut renoncer; mais on peut quelquefois
Embrasser au moins son image […].»

Le cadre particulier du Musée nous donne le sentiment, grâce à la restauration réalisée en 1994, au moment du tricentenaire de la naissance de Voltaire, de pénétrer dans l’intimité même du philosophe.

En octobre 1760, Voltaire quitte les Délices. Il conserve cependant la propriété cinq ans avant de la revendre en 1765 à la famille Tronchin. En 1840, le domaine est démantelé entre différents acquéreurs. Se succèdent alors plusieurs propriétaires. La villa devient même un hôpital pour les soldats de l’armée du général Bourbaki en 1871. Au début du 20e siècle, les autorités décident d’en finir avec les Délices... La maison est sauvée in extremis grâce à la mobilisation des habitants du quartier. Ils déposent un recours dont la conséquence sera le rachat de la propriété par la ville en 1929.

L’arrivée de Theodore Besterman à Genève en 1952 est déterminante pour l’avenir des Délices. Ce citoyen britannique d’origine polonaise propose en effet à la ville le legs de sa collection, en échange de la création d’un Institut et Musée Voltaire, dont il devient le premier conservateur.

Rue des Délices 25
1203 Genève

T: +41 22 418 95 60
F: +41 22 418 95 61
institut.voltaire(at)ville-ge[dot]ch

Bibliothèque et Musée

Du lundi au vendredi, de 14h à 17h
Ouverture du Musée le premier samedi de chaque mois, de 14h à 17h
La bibliothèque est accessible le matin, sur rendez-vous.

Musée Voltaire
institut.voltaire(at)ville-ge.ch

T: +41 22 418 95 60

Bibliothèque et Musée

Du lundi au vendredi, de 14h à 17h
Ouverture du Musée le premier samedi de chaque mois, de 14h à 17h
La bibliothèque est accessible le matin, sur rendez-vous.