Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Quelle est l'origine du mot "frouze" qui désigne les français ? Le mot "frouzien" a-t-il une origine liée aux troupes napoléoniennes ?

Question répondue le 19.12.2013


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service InterroGE, voici le résultat de nos recherches :

Georges Arès dans son ouvrage « Parler suisse, parler français » http://data.rero.ch/01-1999699 - http://bit.ly/17WrOYn donne la définition suivante à l'entrée "Frouze, Frouzien, Françouze, Francillon" :

« Désignation péjorative du "Français" en Suisse romande [...] "Frouze" et "Frouzien" sont récents, "Françouze" est un calque de l'allemand, "Francillon" est plus ancien. »

Il est difficile de trouver plus d'informations sur l’origine des mots « Frouze » et « Frouzien ».

Ce qui est certain, c’est que ce terme est péjoratif et est utilisé par les Suisses romands pour désigner les Français (ce terme ne semble pas être utilisé ailleurs en Francophonie).

Voici un extrait paru dans le cadre de l’exposition « Nous autres » organisée par le Musée d’ethnographie de la Ville de Genève en 2005 http://www.ville-ge.ch/meg/pdf/tabou_1.pdf (document PDF) :

« Les expressions populaires montrent, à travers de nombreux exemples, que nous avons toujours tendance, ici comme ailleurs, à nous moquer des autres par des appellations qui les ridiculisent: le Français devient «Frouze» ou «Froggy», l’Italien «Rital» et l’Anglais «Rosbif», etc. »

Le mot « Frouze » ou « Frouzien » est très peu utilisé dans les écrits. Etant péjoratif, voire légèrement vulgaire, il a tendance à être plutôt utilisé oralement.

Il est de ce fait très peu présent dans la littérature romande. Le roman « Carabas » de Jacques Chessex publié en 1971 contient par exemple le terme « frousien », dont voici l’extrait en question :

« […] J’en ai assez observé de ces gominés superbement chatouilleux sur le faux honneur du faux milieu, de ces repris de justice cultivant comiquement l’accent frousien […] »

Dans la presse romande ces deux mots n’apparaissent que très rarement, le mot « Frouze » n’apparait que 5 fois et « Frousien » que 8 fois du 19e siècle à nos jours et ceci dans les archives du « 24 Heures » (et son prédécesseur , la Feuille d’avis de Lausanne), du « Matin » (et son prédécesseur, la Tribune de Lausanne ) http://scriptorium.bcu-lausanne.ch de « La Gazette de Lausanne » ainsi que du « Journal de Genève » http://www.letempsarchives.ch

Au vu de ces résultats nous avons aussi pu constater que ce terme est absent de ces archives avant 1970 et est nettement plus présent depuis une quinzaine d’années. « Frousien » apparaît pour la première fois le 22 mai 1970 dans la « Tribune de Lausanne » et « Frouze » au début des années 90. Bien évidemment, ces termes ne sont pas utilisés par les journalistes mais apparaissent principalement dans les courriers de lecteurs mécontents.

L’écrivain vaudois d’origine française, Philippe Dubath nous fait part de la découverte du terme « Frousien » dans une chronique parue le 2 juillet 2000 dans « Le Matin » :

« Je suis arrivé en Suisse à l’âge de 10 ans, en août 1962, et je ne veux pas en faire toute une histoire. Mais quand même... Après deux jours, nous nagions encore dans les cartons et l’angoisse, mais les enfants des nouveaux voisins nous expliquaient déjà que nous, les Frousiens, étions des malappris parce que nous n’étions pas tout de suite venus nous présenter. Un Frousien. Je ne savais pas ce qu’était un Frousien, mais j’ai vite compris que j’en étais un, que ça allait durer, et que ce n’était pas ce qui pouvait m'arriver de meilleur ici. »

Nous n’avons pas pu trouver de lien avec les troupes Napoléoniennes et au vu de nos résultats de recherche, ces termes semblent plutôt d'un usage moderne. Les récents succès de l’équipe de France de football, l'omniprésence des médias français dans le quotidiens des romands expliquent peut-être, en partie, la généralisation de l’utilisation du mot « Frouze » ou en en tout cas son renouveau. Mais son origine reste un mystère…

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

InterroGE
Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève

http://www.interroge.ch