Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

A quelle date la tombe de Jean Calvin a-t-elle été agrémentée de buissons, barrière et notice alors qu'auparavant elle n'était marquée que par une petite borne ?

Date de la réponse: 28.09.2016


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Conformément aux pratiques réformées et aux volontés exprimées par Calvin lui-même à la veille de sa mort, le lieu précis où il fut enterré ne fut pas marqué. La tombe actuelle matérialise un emplacement qui reste hypothétique.

Au fil du temps, divers dispositifs furent utilisés pour indiquer l'emplacement supposé du corps du réformateur. L'article "Ci-gît J.C.: la tombe de Jean Calvin au cimetière des Rois" http://data.rero.ch/01-R005188017  de David Ripoll, paru dans l'ouvrage "Il più dolce lavorare che sia : mélanges en l'honneur de Mauro Natale", donne des indications utiles. On y apprend notamment que la tradition veut que "des saules aient été discrètement plantés suite à l'inhumation, précisément pour conserver le souvenir de l'endroit où le corps était enterré" (p. 454). Ils n'auraient pas survécu à l'habitude des visiteurs d'en arracher des branches en souvenir.

"Dès 1835, le souvenir de l'emplacement fut apparemment conservé par une plaque scellée à un mur qui séparait les fosses des adultes de celles des enfants. Cette plaque était, dit-on, marquée des initiales du réformateur" (p. 455).

Un premier "monument" funéraire, minimal est installé un peu plus tard. "Attesté dès 1850, il consiste en une sorte de borne d'à peu près 20 x 30 cm, aux angles chanfreinés, et marquée des initiale JC." (p. 455). L'article en donne deux photographies datée de 1921.

David Ripoll signale que la tombe a été "dénaturée par une récente mise en scène", sans préciser ni date ni source.

La page "Anecdotes du quartier de Plainpalais Jonction" http://bit.ly/2dsFyI6 , disponible sur le site de la Ville de Genève, donne l'information suivante : "Ce n’est qu’en 1999 qu’un élu décide, malgré de nombreuses protestations, d’entourer l’emplacement supposé de la dépouille du réformateur, d’y planter une basse haie et d’ajouter une plaque commémorative."

L'information est également donnée, sans plus de précision, à la page page 129 de l'ouvrage "Genève insolite et secrète" http://data.rero.ch/01-R007288454 de Christian Vellas.
 
Les controverses suscitées par ce nouvel aménagement ont laissé une trace qui permet de préciser la date et le contexte. Un article de la "Tribune de Genève" du 20 août 1999 rend compte d'une plainte déposée par Pierre-Charles George qui accuse l'ancien Exécutif municipal "d'avoir ignoré les dernières volontés de Calvin". Philippe Rodrik, l'auteur de l'article, précise qu'"En mars dernier, le conseiller administratif Michel Rossetti avait fait rénover la tombe du réformateur au cimetière des Rois. Le Service des pompes funèbres avait ajouté autour de la sépulture des dalles de béton, une barrière métallique et, sur la pierre elle-même, une plaque de cuivre  indiquant quelques éléments importants de la vie de Calvin."

La modification remonte donc au mois de mars 1999, mais il est difficile de préciser la date. Les travaux ont d'ailleurs probablement duré plusieurs jours. Nous n'avons pas trouvé d'élément plus précis dans les archives des Comptes rendus de l'Administration municipale, ni dans le Mémorial des séances du Conseil municipal de la Ville de Genève http://www.ville-ge.ch/archivesenligne/

Voici quelques références supplémentaires pour approfondir le sujet :

"L’inhumation de Calvin et des pasteurs genevois de 1540 à 1620 : un dépouillement très prophétique et une pompe funèbre protestante qui se met en place" paru dans les actes du colloque "Les funérailles à la Renaissance" http://data.rero.ch/01-R003171391
 
"La tombe de Jean Calvin" http://data.rero.ch/01-R268994560  de Louis Blondel paru en 1924 dans l'"Almanach paroissial" de l'Eglise nationale protestante de Genève
 
"Une visite du cimetière de Plainpalais" http://data.rero.ch/01-1945054  de Patrice Rossel

Ainsi que la réponse d'Interroge de septembre 2013 à la question "Pourquoi la tombe de Calvin est-elle vide ?" http://bit.ly/2cVbjVA

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque de Genève http://www.bge-geneve.ch

Pour http://www.interroge.ch