Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Comment fait un mouton pour perdre sa laine s'il n'y a pas de présence humaine ?

Date de la réponse: 26.06.2018


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

On peut lire dans l’article "Se promener et observer : La laine de mouton : notions rudimentaires" http://fred.elie.free.fr/laine.pdf rédigé par Frédéric Élie en 2008, que « les moutons sauvages ont le poil ras et une mince sous-couche de laine que l’on ne peut pas exploiter » mais que « la laine du mouton d’élevage boucle, et cette caractéristique, [est] sans doute apparue au hasard d’une mutation du mouton sauvage. » De plus, « tandis que le mouton sauvage perd ses poils au printemps, le mouton d’élevage conserve sa toison toute l’année et il faut l’intervention de l’homme pour la lui enlever. »

Un article intitulé "Comment le mouton à laine est apparu" http://bit.ly/2tx7hgl et paru en mai 2018 dans la revue "Pour la science", décrit la différence entre le mouton et le mouflon : « la toison de cet animal [le mouflon] aux cornes impressionnantes n’avait rien de laineux. Le pelage des mouflons est en effet rêche comme celui d’une chèvre. La laine est donc l’un des sous-produits de la domestication du mouflon, dont on ignore quand exactement elle s’est déroulée. » L'auteur continue en expliquant que « fondamentalement, la laine est du duvet, c’est-à-dire une accumulation de ces poils fins, dont le rôle est d’isoler le corps pendant la saison froide. Tous les mammifères en sont munis, et, normalement, il tombe partiellement pendant la saison chaude. Chez les moutons à laine, en revanche, il domine le pelage et subsiste en grande partie tout au long de l’année. »

Le document "Le chemin de la laine" http://bit.ly/2N2BXhs réalisé par le Service romand de vulgarisation agricole AGRIDEA, rapporte qu’« il y a aussi des moutons qui, au printemps, perdent naturellement leur toison comme d’autres espèces animales : "les moutons non laineux". Ils ne doivent donc pas être tondus. Ils sont élevés pour la production de viande. En Suisse ils sont encore très rares. »

La présence de l'homme est vitale pour les moutons d'élevage comme nous l'indique l'article "Chris, le mouton aux 40 kilos de laine, entre dans le Guinness des records" https://bit.ly/2IqhwYj paru le 4 septembre 2015 dans la revue "Sciences et Avenir" qui relate la découverte d'un mouton couvert d'une opulente toison qui avait poussé pendant des années d'errance. Cet article nous apprend que les moutons de la race mérinos « (race d'origine espagnole) risquent de gros problèmes de santé (hyperthermie, infection, difficulté à se déplacer), voire la mort, s'ils ne sont pas tondus régulièrement. » 

L’association Altervita, dans son article "De la laine « végane » ?" https://altervita.fr/de-la-laine-vegane revient sur l'origine des moutons d'élevage que nous devons tondre : « [...] dans le but de disposer de toison entières, l’homme a sélectionné les individus ne perdant pas leur laine, afin de la récolter lui-même. C’est grâce à ce processus de sélection artificielle qu’on a aboutit à des races plus ou moins laineuses, mais qui ont toutes la particularité de ne pas perdre leur laine. Les moutons sont donc bien différents de leurs cousins les mouflons, qui ôteront aisément leur laine après les mois les plus froids. »

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque du Muséum d'histoire naturelle http://institutions.ville-geneve.ch/fr/mhn/frontpage/biblio
theque


Pour http://www.interroge.ch