Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Comment pouvait-on faire une excursion sur le Salève en partant de Meyrin, vers 1815 ?

Date de la réponse: 19.03.2014


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Nous avons trouvé divers documents sur des excursions ou promenades au Salève mais très peu d'informations sur le sujet aux alentours de 1815. Nous avons donc dû élargir nos recherches et vous proposer des ouvrages plus tardifs.

Après avoir fait appel à deux historiens, voici ce que nous avons pu apprendre :

"Pour se rendre de Meyrin au Salève au début du XIXe siècle, il n’y avait pas un immense choix : à pied, à cheval, en calèche, carriole ou autre chariot. Il fallait traverser le Rhône soit en ville de Genève par les ponts de l’Ile, soit par un bac à Peney ou une « traille » entre Aïre et Saint-Georges. Vous en saurez plus en consultant le "Bulletin de la société d'histoire et d'archéologie de Genève" de 1971 en ligne sur Google Livre http://books.google.ch/books?id=G3UhEP49L7sC - http://data.rero.ch/01-0137240.

Dans l'ouvrage "Genève par la gravure et l'aquarelle" de Barbara et Roland de Loës http://data.rero.ch/01-1060369, vous pourrez voir divers attelages en usage à Genève à cette époque et aux pages 32 et 33, deux extraordinaires dessins de la montée et de la descente du Grand-Salève, avec des touristes installés dans de grandes « luges » tirées par des bœufs. (voir une image extraite de ce livre et envoyée en attaché)

A l'époque, les gens marchaient beaucoup et leur moyen de transport était le cheval. De Meyrin vers la ville, par "la route de Lyon" en passant par les ponts de l'Ile. Puis vers la France, avec deux options : toujours à cheval en passant derrière le Salève. Soit en laissant la monture au pied de la montagne et en continuant à pied.

Voici un extrait tiré du "Manuel du voyageur en Suisse et à Chamonix" d'Adolphe Joanne http://data.rero.ch/01-R004623449 - http://books.google.ch/books?id=oN2kyFL8FVQC :

"L'ascension du grand Salève est susceptible de nombreuses modifications. On peut aller : aux Treize-Arbres, ou au Grand-Piton; monter aux Treize-Arbres, soit par Monnetier, soit par la Grande-Gorge; et au Grand-Piton, soit par la Grande-Gorge, soit par Beaumont. Pour aller aux Treize-Arbres, on compte 3 h. ou 3 h. 15 min. par la Grande-Gorge, et 3 h. 30 min. par Mornex. — A Mornex, on trouve des guides et des ânes. Les guides se payent 2 fr., les ânes, 3 fr [...] De Monnetier, un chemin raide, mais sûr, mène sur le Grand Salève; la montée cesse d'être rapide aux (1 h. 25 min.) chalets des Treize-Arbres (1171 mèt.). De ces chalets, qui continuent à s'appeler ainsi, bien qu'il n'y ait plus que quatre arbres, et où l'on trouve des rafraîchissements, on gagne à peu près de plain pied, en laissant à dr. la petite et la grande gorge, le haut plateau du grand Salève (50 min.)— Dans le voisinage du chalet des Treize-Arbres, on a du reste une vue presque aussi belle que des Pitons (V. ci-dessous). On peut descendre dans la plaine par la Grande-Gorge, espèce d'entonnoir où plusieurs accidents déplorables ont eu lieu. Depuis quelques années, un sentier en zigzag y a été tracé et y est entretenu aux frais des habitants de Genève. Aussi des troncs y sont placés pour recevoir la cotisation des promeneurs. On descend en 1 h. (1 h. 30 min. sont nécessaires à la montée) à Bossey, v. savoisien de 356 hab., situé à 463 met. sur la frontière suisse, et à 1 h. 35 min. de Genève, par Troinex et Carouge."

Un autre ouvrage en ligne "Guide pratique de l'ascensionniste sur les montagnes qui entourent le lac de Genève" de Charles Schaub et Charles-Moïse Briquet http://data.rero.ch/01-1712513 - http://books.google.ch/books?vid=BCUL1094404165 relate ceci :

"La première promenade que nous avons à indiquer, c'est le tour du Petit-Salève par la gorge de Monetier, tour qui, si l'on part de Genève, n'exige qu'un peu moins de 5 heures. On peut l'entreprendre en commençant par l'un ou par l'autre revers de la montagne, mais il est plus convenable de faire l'ascension sur celui qui fait face à l'ouest. On a ainsi l'avantage, si l'on part le matin, de la faire à l'ombre.
On va passer à Veyrier, village auquel on peut se rendre par deux chemins: ou par Carouge et la rive gauche de l'Arve (Carouge, 15 minutes; sortie de Carouge, 5 minutes; Veyrier, 50 minutes), ou en prenant le chemin dit de Florissant, qui commence non loin de l'église russe, et allant passer le pont d'Arve près de Sierne (40 min.), d'où il y a encore 20 minutes jusqu'à Veyrier (3 auberges).
En sortant de Veyrier, l'on franchit la frontière du canton et l'on n'a plus que dix minutes de marche pour s'approcher de la montagne, au milieu de terrains d'éboulis, où l'on exploite des carrières et où l'on a découvert de curieux restes d'antiquités. On arrive alors vers le bas d'un très-bon et très-commode sentier, nommé le Pas de l'Echelle, qui conduit vers la gorge de Monetier en s'élevant contre le flanc du Grand-Salève. Ce sentier est entretenu par un cantonier qui n'a, pour tout salaire, que les dons des passants.
En 15 à 20 minutes on arrive au pied d'un escalier de 101 marches, d'où le sentier tire son nom. (Echelle vientde scala, qui signifie aussi escalier; mais probablement y a-t-il eu jadis contre le roc une ou plusieurs échelles, avant que l'escalier eût été pratiqué). Cet escalier est taillé contre une paroi de rocher presque perpendiculaire; mais il est muni de solides barrières et absolument sans danger. Au haut de l'escalier l'on passe devant une petite fontaine, puis on entre aussitôt dans la gorge même. Au bout de 5 minutes on se trouve sur le plateau du vallon; 5 minutes après, au village de Monetier.
A mesure qu'on s'est élevé, les regards ont peu à peu découvert toute la vallée du Léman, la ville de Genève, le lac, qui d'abord a paru n'avoir que la largeur d'un fleuve, et au pied même du Petit-Salève le cours de l'Arve et l'ile des Loups, entre les deux bras de cette rivière. Avant d'arriver au village, on commence à apercevoir quelques sommités alpestres, entre autres le Mont-Blanc. Quand on a traversé Monetier, l'on a encore à cheminer près d'un quart d'heure à plat pour atteindre l'extrémité du vallon du côté du levant, d'où l'on découvre une longue série de sommités, et le cours de l'Arve jusqu'à Bonneville.
Le bâtiment de l'école commune aux deux villages de Monetier et de Mornex est construit au bout du plateau, à côté de la nouvelle route; l'ancien chemin passe un peu plus à gauche et abrège de 2 ou 3 minutes. De l'école on descend en 20 minutes vers le haut du village de Mornex; mais il il faut 15 minutes pour le passer ; après quoi, en 40 minutes, on atteint le pont d'Etrembiéres, d'où il faut 1 heure '/4 pour se rendre à Genève. (Pont de la frontière à Mollesulaz, 30 minutes; église de Chêne-Bougeries, 15 minutes; Genève, 30 minutes."

Dans son ouvrage "Promenades dans l'histoire du Salève" http://data.rero.ch/01-0980536 l'auteur Jacqueline Casari, décrit les différents lieux de Monnetier à Bossey en passant par Archamps ou Collonges :

"Allez au Saleve ! L'invitation était lancée. Mais comment gravir le Mont sans trop d'effort ? Une partie de cette question avait été résolue par les habitants eux-mêmes qui utilisaient les ânes. Des l'apparition des excursionnistes, ces même ânes transportèrent les voyageurs. Ces mammifères sont lents, têtus, pas toujours commodes. Un moyen de locomotion plus efficace s'imposa. [...] En décembre 1892, après plusieurs mois de labeur, on inaugura le tronçon Etrembières-Monnetier. En 1893, on acheva celui de Veyrier-Monnetier-Treize-Arbres. [...] L'inauguration du chemin de fer coïncida avec la création des routes. Les attelages trouveraient enfin des voies carrossables. Le passage du train ne changerait pas les habitudes des indigènes. Le prix du voyage s'avérait élevé, peu accessible à cette population rurale. Des son apparition, les habitants du Saleve considèrent ce train "réservé aux touristes". [...] Le Salève permet une bonne quarantaine d'excursions sur son sommet ou le long de ses flancs. A lui seul, le Petit-Salève en cache une quinzaine."

Pour en savoir davantage et vous apporter de nouvelles pistes, voici une sélection de documents disponibles à la Bibliothèque de Genève (BGE) :

"Promenades dans l'histoire du Salève" de Jacqueline Casari http://data.rero.ch/01-0980536

"Les chemins historiques du canton de Genève : GE : Inventaire des voies de communication historiques de la Suisse" d’Anita Frey et Yves Bischofberger http://data.rero.ch/01-R004401029

"Guide des promenades et excursions aux environs de Genève : 38 itinéraires avec cartes de courses à pied combinées avec le tramway dans le Canton de Genève et au Salève" publié par l'Association des intérêts de Genève http://data.rero.ch/01-R003397616

"Guide itinéraire de Genève à Samoëns-Sixt et aux Treize-Arbres : d'après les renseignements mis au courant en mai 1894" de F. Bosson http://data.rero.ch/01-0717420

"Histoire de Meyrin" d'Eugène-Louis Dumont http://data.rero.ch/01-1396220

L'ouvrage de Gaudy Le-Fort "Promenades historiques dans le canton de Genève" a http://data.rero.ch/01-0329018 > également consultable en ligne sur Google Livre http://books.google.ch/books?id=frEUAAAAQAAJ

Le chapitre "Histoire du Sport au Salève" rédigé par M. Vaucher (pages 122 à 127) dans l'ouvrage "Le grand livre du Salève" http://data.rero.ch/01-1078354

Vous trouverez en fichier joint également un passage (pages 168 à 171) de l'ouvrage de Pierre Pittard "Profil de Vernier" http://data.rero.ch/01-0446506.

Enfin sur le site "La Salévienne", vous trouverez une volumineuse bibliographie issue des travaux de ses membres http://www.la-salevienne.org/bibliographie-1.3.8.htm.

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque de Genève pour Interroge

http://www.ville-ge.ch/bge

http://www.interroge.ch