Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Est-il scientifiquement prouvé et expliqué pourquoi les menstruations provoquent chez les femmes d''importantes variations d'humeur ?

Date de la réponse: 14.12.2016


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Le site de santé "Planète santé" a publié un article d'Elodie Lavigne le 7 août 2012  "Chérie, tu as tes règles?" http://bit.ly/2gzzAl6 qui indique ce qui suit :

"Trop souvent banalisé, le syndrome prémenstruel, qui touche 20 à 30% de la population féminine en âge de procréer, n’est ni un mythe, ni une fatalité. Des traitements existent pour soulager ces manifestations physiques et psychiques qui surviennent les jours qui précèdent les règles.

Quelle femme n’a jamais subi de désagréments à l’approche de ses règles ? Très peu, confirme la Dr Michal Yaron, médecin-adjointe, responsable des consultations ambulatoires de gynécologie, de gynécologie pédiatrique et des adolescentes aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG): « 90% des femmes en âge de procréer présente un ou deux symptômes pendant leur cycle, tandis que 20 à 30 % souffrent du syndrome prémenstruel ».

Ce phénomène curieux, en raison de son caractère protéiforme et cyclique, a de tout temps fait l’objet de théories aussi improbables que mystiques, comme nous l’explique le Dr Francesco Bianchi-Demicheli, responsable de la Consultation de gynécologie psychosomatique au sein du Département de Gynécologie Obstétrique des HUG [...]. Depuis les années trente en effet, l’existence du syndrome prémenstruel est admise et cliniquement bien établie. [...]

Il se définit par un ensemble de symptômes physiques et/ou psychiques qui surviennent irrégulièrement et électivement sept à dix jours avant les règles et qui disparaissent « comme par enchantement » avec leur arrivée. L’intensité (de légère, modérée à sévère) et la nature de ces manifestations sont extrêmement variables d’une femme à l’autre et chez une même femme, selon les cycles. Et pour cause, il existe plus de deux cents symptômes! Parmi eux, on peut citer: douleurs abdominales, tensions dans les seins, sentiment de gonflement, céphalées, fatigue, manque d’intérêt pour les activités habituelles, troubles du sommeil, perte d’appétit, prise pondérale (objective), changement de comportement, mauvaise humeur, irritabilité, nervosité, labilité émotionnelle, humeur dépressive, anxiété, sentiment de confusion, crises de colère, isolement social, pleurs incontrôlables, etc. [...]
Chez une minorité de femmes (2 à 8%), les symptômes psychiques sont au premier plan. L’humeur dépressive peut s’accompagner d’un sentiment profond de désespoir, d’une hypersensibilité, d’une anxiété prononcée, d’intenses tensions internes, d’une perte de contrôle de soi avec des crises de colères ou de larmes, d’une sensation d’être débordée, etc. avec parfois des gênes physiques comme celles énoncées précédemment. Dans de tels cas, on parle de « Trouble dysphorique prémenstruel »."

Le Dr Francesco Bianchi-Demicheli, cité ci-dessus, est l'auteur de plusieurs articles scientifiques sur le sujet, parmi lesquels vous trouverez par exemple " https://www.cairn.info/revue-psychotherapies-2004-1-page-33
.htm
Approches psychothérapiques dans des troubles gynécologiques fonctionnels" https://www.cairn.info/revue-psychotherapies-2004-1-page-33
.htm
paru en 2004 dans la revue "Psychothérapies" http://data.rero.ch/01-0842349 . Le chapitre intitulé "Le syndrome prémenstruel" vous intéressera certainement et nous vous conseillons sa lecture complète. L'auteur parle de la différence faite entre le TDPM [trouble dysmorphique prémenstruel] et le SPM [syndrome prémenstruel]. Le SPM se manifestant par des "symptômes physiques moins marqués et des changements d’humeur mineurs", contrairement au TDPM qui "correspond [...] à une forme sévère du syndrome prémenstruel avec une configuration symptomatique ayant au premier plan des symptômes psychiatriques. Les caractéristiques essentielles sont une humeur dépressive, une anxiété et une labilité émotionnelle marquées, ainsi qu’une diminution de l’intérêt pour les activités.[...]"

Au bas de l'article, vous trouverez une bibliographie dont la plupart des références peuvent être consultées en ligne.

Le texte rédigé en 2012 par Laura Piccand  "Du syndrome prémenstruel au trouble dysphorique prémenstruel. Une reconfiguration des représentations sur la vulnérabilité des femmes" http://bit.ly/2hkRM66 revient sur l'histoire de la recherche médicale en la matière et relève quelques hypothèses actuelles, tel que "Les hypothèses hormonales" :

"La gynécologue britannique Katharina Dalton affirme dans l’article écrit avec Raymond Greene en 1953 que l’étiologie du syndrome prémenstruel est un déséquilibre entre le taux de progestérone et le taux d’oestrogène; le taux de progestérone étant considéré comme trop bas, le traitement mis en avant par les auteur-e-s est la progestérone. De nombreux travaux se sont ensuite rangés sur l’hypothèse que le syndrome prémenstruel était dû à un déséquilibre hormonal. [...]"

Puis "Les hypothèses neuro-endocriniennes" :

"L'hypothèse du lien entre fluctuations de certaines hormones sexuelles et système nerveux est ainsi celle qui est actuellement le plus mise en avant."

Pour tendre enfin "Vers l’hypothèse de la « sensibilité neurologique aux hormones » :

En effet, on s’aperçoit rapidement que le mécanisme étiologique de cette explication neuro-endocrinienne ne repose pas, dans bon nombre des textes concernés, sur l’hypothèse d’une perturbation au niveau des neurotransmetteurs provoquée par un déséquilibre des hormones sexuelles. Il est souligné à de nombreuses reprises que les changements hormonaux constatés chez les femmes diagnostiquées de syndrome prémenstruel ou de trouble dysphorique prémenstruel ne diffèrent pas de ceux observés généralement. C’est alors qu’est émise l’hypothèse de la « susceptibilité augmentée » ou de la « vulnérabilité neurobiologique » qui concernerait les femmes diagnostiquées.

Ainsi, Hugin-Flores et Steimer (2002) ["Physiopathologie du trouble dysphorique prémenstruel" https://www.revmed.ch/RMS/2002/RMS-2387/22114 paru dans la "Médecine et hygiène" http://data.rero.ch/01-0137230 ], après avoir évoqué les changements hormonaux durant le cycle menstruel et l’existence de récepteurs d’hormones sexuelles au niveau du système nerveux, expliquent le fait que le trouble dysphorique prémenstruel ne concerne finalement que 5% des femmes par cette hypothèse de « susceptibilité » aux variations hormonales, susceptibilité qui pourrait être d’origine génétique. [...]

Ainsi, les changements hormonaux ne semblent plus être la cause des symptômes, mais c’est plutôt la réaction à ceux-ci qui devient le lieu pathologique. La cause de cette « susceptibilité » ou « sensibilité » aux changements hormonaux est évoquée selon des hypothèses variables.[...]"

Nous vous conseillons également de consulter la bibliographie utilisée par Laura Piccand à la fin de son article.

Vous l'aurez compris, le sujet est largement traité et ce, de manière scientifique, mais on semble en comprendre encore mal les causes, tel que l'indique le dossier sur le syndrome prémenstruel http://bit.ly/2hvPij2 sur le site "Priorité santé mutualiste" réalisé en 2013.

Si vous souhaitez approfondir vos recherches, n'hésitez pas à utiliser le Catalogue et index des sites médicaux de langue française (CISMeF) http://www.cismef.org dans lequel vous trouverez des références pertinentes avec les termes de recherche "trouble dysphorique prémenstruel" et "syndrome prémenstruel".

Enfin, vous trouverez dans les différentes bibliothèques de la Ville de Genève des ouvrages pouvant apporter des explications et des solutions, tel que celui de Bérengère Arnal  "Syndrome prémenstruel : les solutions naturelles" http://bit.ly/2gHFLIx ou encore celui de Christelle Besnard-Charvet et Claudette Rocher "Homéopathie en gynécologie" http://data.rero.ch/01-R008253826 . Bien entendu, ceux-ci ne remplacent en aucun cas l'avis d'un-e professionnel-le, que nous conseillons de consulter pour toute information complémentaire.

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

http://www.interroge.ch

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève