Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Je voudrais des informations sur la construction de pont de Vessy à Genève (rôle du pont, choix des portées et du système statique, maître d'ouvrage, date de construction etc...)

Date de la réponse: 10.03.2016


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Le pont de Vessy a été réalisé par «Robert Maillart en 1936/37 pour une somme d’environ 85'000 Frs ; il a fait l’objet de plusieurs travaux d’entretien depuis sa création et a nécessité une rénovation en 1994 » pour un coût de 2'900'000 Frs (budget de rénovation voté par l’Etat et la Ville de Genève) ». Cette rénovation a été réalisée « par étapes pour éviter de trop affaiblir l’ouvrage » et a nécessité plusieurs travaux comme l'indique l’article de Martine Jaquet, Jean-Pierre Lewerer et Yves Peçon "Pont de Vessy sur l'Arve" http://data.rero.ch/01-1841226  paru en 1994 dans la "Gazette NIKE" http://data.rero.ch/01-0828659 .

Le pont de Vessy se caractérise « par l’emploi de l’arc à trois articulations – souvent désigné dans la littérature comme type (ou système) Maillart » comme nous l’indiquent Jean-Pierre Lewerer et Yves Peçon dans leur article "La souplesse d'un ressort tendu : le pont de Robert Maillart à Vessy" http://data.rero.ch/01-1794281 , paru dans le journal d'architecture "Faces" http://data.rero.ch/01-0682325  en 1993.

Ce système « statiquement défini peut se déformer librement en cas de changement de température ou de déplacement des culées ». Ce pont se distingue notamment par ses appuis en forme de X. « Maillart relève : les articulations ne forment pas des rotules parfaites et leur fonctionnement est restreint. Cette disposition est voulue, car elle ne compromet pas la sécurité tout en atténuant les trépidations. »

Plusieurs raisons sont à l’origine de la construction de ce pont. L’une des raisons serait que dans les années 30 « les propriétaires de Vessy-Veyrier souhaitaient de longue date valoriser leurs terrains, en les reliant au quartier du Bout-du-Monde. A cet effet, ils créèrent le Syndicat d’aménagement du plateau de Vessy, qui deviendra le maître d’ouvrage du pont. ». Le chef du département des travaux publics de Genève, Maurice Braillard, « entré en fonction après les élections de 1934 » appuie ce projet car il « souhaitait à la fois moderniser le canton et, la crise régnant, fournir du travail aux chômeurs. ». Vous trouverez plus de données techniques (projet, mise en soumission, construction ainsi que des schémas, essais de charge) concernant la construction de ce pont dans l’article de Jean-Pierre Lewerer et Yves Peçon.

Le pont de Vessy est inscrit à l’inventaire des immeubles dignes d’être protégés. « Le 4 avril 1986, Christian Grobet, le premier chef du DTP socialiste après Maurice Braillard, signe l’arrêté d’inscription à l’Inventaire des immeubles dignes d’êtres protégés. »

L’article de Robert Maillart en allemand paru en 1938 dans le volume 111/112 de la revue "Schweizerische Bauzeitung" http://data.rero.ch/01-0063152 , intitulé "Ueber Eisenbeton-Bruücken mit Rippenbögen unter Mitwirkung des Aufbaues" http://dx.doi.org/10.5169/seals-49961  est richement illustré des dessins techniques et photographies du chantier.

Pierre Tremblet, dans son article "La création de Robert Maillart dans le domaine du béton armé" http://dx.doi.org/10.5169/seals-72020  paru également dans le volume 91 "Schweizerische Bauzeitung" en 1973 donne également une description détaillée de la structure du pont :

« Le pont de Vessy a une longueur de 79 m, une portée de 56 m entre culées et une flèche de 4,77 m. Il est caractérisé par son rapport d'audace (Kühnheitsverhältnis, selon le terme de R. Maillart) 4,77:56 1 :11,8. Ce rapport particulièrement faible (0,085) est à l'origine des options constructives de cet ouvrage construit sur les alluvions de l'Arve de bonne qualité. Fidèle à sa vision globale d'un ouvrage, R. Maillart l'a conçu pour qu'il satisfasse à des conditions économiques, constructives et statiques. L'économie a été obtenue grâce au choix de formes les plus logiques pour la réalisation et le calcul statique, tout en mettant en oeuvre le rninimum de matière, soit 0,48 m3 de béton par m2 de tablier. Il coûta à l'époque (1936/37) 100 fr. le m2, il atteindrait 300 à 350 fr. le m2 de nos jours. La rationalisation de l'exécution fut obtenue par le choix de trois arcs à trois articulations, système Maillart. Chaque arc a ses deux fondations indépendantes, ce qui évita d'exécuter une fouille très importante avec de grosses difficultés de pompage de la nappe phréatique. Le cintre a été calculé pour supporter uniquement la dalle inférieure des arcs. Dès le 5e jour de durcissement du béton, le cintre a été légèrement abaissé pour obtenir le décollement de la clé. Puis les parois des arcs furent coulées sur la plaque mise en compression par le décintrement. A ce stade, la plaque ne pouvait supporter les efforts dus au déplacement de la ligne des pressions occasionnées par le poids des parois, mais le cintre était maintenu en place pour porter ces nouvelles charges. Après durcissement de leurs parois les arcs étaient stables et le cintre pouvait être rippé sous l'arc voisin. Un seul cintre a donc suffit pour les trois arcs. Le calcul statique du pont a été effectué pour que, lors de chaque étape de bétonnage, la ligne des pressions reste toujours dans le noyau central et ne provoque pas de tractions. »

Pour en savoir plus sur Robert Maillart, nous vous conseillons encore le document de Cyrille Simonnet "Robert Maillart et la pensée constructive" http://data.rero.ch/01-R007173475 .

Vous trouverez également en ligne de brèves descriptions du pont ainsi que des photographies dans la base de données internationale du patrimoine du génie civil Structurae https://structurae.info/ouvrages/pont-de-vessy  et sur le site de l'entreprise de construction Perret http://www.cpsa.ch/portfolio/pont-de-vessy .

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque d'art et d'archéologie http://www.ville-ge.ch/baa

Pour http://www.interroge.ch