Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Le pont de la Coulouvrenière a été élargi en 1970 faisant disparaître ses 4 colonnes de granit. Où se trouvent-elles aujourd'hui ?

Date de la réponse: 17.02.2015


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Dans l'ouvrage d'Armand Brulhart et Erica Deuber-Pauli "Ville et canton de Genève" http://data.rero.ch/01-2061466 , on peut lire à la page 141 :

"Pont de la Coulouvrenière : le premier pont fut construit en poutrelles métalliques sur le tracé du nouveau boulevard de ceinture [1856-57]. Il fut reconstruit en 1894-96 pour l'Exposition nationale par l'ingénieur Constant Butticaz, avec un décor de Paul Bouvier, architecte de l'exposition et Georges Habicht, architecte de la Ville. L'élargissement du début des années 1970 fit disparaître tout le décor et les candélabres."

C'est grâce au site participatif "NotreHistoire.ch" http://www.notrehistoire.ch que nous avons pu trouver des traces de ces 4 colonnes en granit :

1.) "Une des quatre colonnes qui ornaient le pont de la Coulouvrenière se trouve dans le préau de l'école de Montfleury" à Versoix, tel que vous pourrez le voir sur cette photo http://www.notrehistoire.ch/photo/view/31967/ .

2.) et 3.) "Au début du XXe siècle, le pont de la Coulouvrenière arborait en son centre quatre colonnes monumentales du plus bel effet. Elles furent déposées au moment de la reconstruction du pont, à la fin des années 60, avant que l'on n'en perde la trace. Ce n'est qu'une vingtaine d'années plus tard, que deux d'entre-elles réapparurent sur le parvis d'un établissement bancaire de l'avenue des Morgines, au Petit-Lancy", tel que vous l'apprendrez sur cette autre page du même site http://www.notrehistoire.ch/photo/view/22394/ , ainsi que sur celle-ci http://www.notrehistoire.ch/photo/view/22393/ précisant "Deux des anciennes colonnes en pierre du pont de la Coulouvrenière, ornent aujourd'hui le parvis d'entrée des bureaux Lombard Odier SA (LODH) au Petit-Lancy."

Le site participatif "NotreHistoire.ch" cite également un article de la "Tribune de Genève" de 1998, mais dont le lien n'est plus actif. Nous avons donc consulté les archives microfilmées de la "Tribune de Genève" afin d'y retrouver l'article en question.

Cet article, paru le 20-21 juin 1998 et signé Cédric Waelti raconte la redécouverte des 4 colonnes par l'architecte Pietro Sartorio dans une gravière de Laufon. "Il achète à très bon compte les vestiges. Malheureusement, seules trois des quatre pièces sont réutilisables. La dernière étant cassée.". Puis Pietro Sartorio les a intégrées aux deux endroits cités plus hauts qui sont des réalisations architecturales de son propre atelier d'architecte.

"Lors de la réalisation du complexe [LODH] en 1985, Pietro Sartorio place deux de ces colonnes à l'entrée de la bâtisse. Et reconstitue ainsi le "quatuor" de la Coulouvrenière. Comment ? "En en plaçant deux devant la paroi vitrée", explique Pietro Sartorio. La troisième colonne a été offerte à la Ville de Versoix. Elle se dresse aujourd'hui au milieu du préau de l'Ecole de Montfleury II."

Le mystère des lanternes qui ornaient ces colonnes reste entier : on ne sait pas où elles ont entreposées.

Pour compléter ces informations, nous avons fait appel au Service de l'aménagement urbain et de la mobilité de la Ville de Genève http://bit.ly/1uDEsGN dont nous joignons ci-dessous la réponse de Madame Florence Colace, architecte-éclairagiste :

"Je n'ai pas d'indication concernant les colonnes en granit anciennement installées sur le pont de la Coulouvrenière, celles-ci n'étant pas directement des candélabres, mais des éléments sur lesquels étaient fixés des lanternes. Cependant, je vous informe qu'un candélabre historique installé auparavant sur le pont, avait été retrouvé il y a une dizaine d'années par M. Claude Martenet, anciennement responsable de l'éclairage public de la Ville de Genève. Il l'avait entièrement fait rénover afin de le réinstaller sur le quai du Seujet, juste en contrebas du pont de la Coulouvrenière. Il y est toujours et fonctionne avec les sources lumineuses actuelles." Vous pouvez voir une photo de ce candélabre sur le site "Panoramio" http://www.panoramio.com/photo/80454823 .

Dans la brochure "Ponts de Genève" http://data.rero.ch/01-R003271033 d'Anita Frei, aux pages 32 et 33, vous trouverez une page consacrée au pont de la Coulouvrenière et des photos sur lesquelles on voit bien les trois différents ponts. Voici ce que vous pourrez lire sur le pont de 1896 : "Le décor proposé par les architectes Bouvier et Habicht utilise la pierre de Saint-Imier pour habiller les culées et les massifs, la pierre de Thoiry pour les voussoirs. Quatre colonnes de 11m en granit rose de Baveno encadrent un balcon central. La balustrade ajourée en granit rose est soulignée par un marbre gris de Saint-Triphon." Puis plus loin : "L'ouvrage, de 18,70 m entre tympans, a été élargi en 1970 à 26,20 m, avec les trottoirs en béton armé de 3,70 m traités en encorbellement. A cette occasion, une grande partie du décor a été supprimée."

Enfin, vous pouvez également consulter cette autre question posée à Interroge en septembre 2014 et concernant les candélabres du Pont du Mont-Blanc :

"A l'origine, le Pont du Mont-Blanc était éclairé par d'énormes candélabres, quelles sont les raisons de leurs suppressions et où se trouvent-ils actuellement ?" http://www.ville-geneve.ch/index.php?id=16358&id_detail=2721

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque de Genève http://www.ville-ge.ch/bge

pour Interroge http://www.interroge.ch