Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Pourquoi appelle-t-on "chinois" les bouts de feuilles de thé au fond d'une tasse ?

Date de la réponse: 04.09.2015


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

En 1906, dans la revue "A travers le monde", nous pouvions lire ceci dans l'article "Comment les Chinois font leur thé" http://www.chineancienne.fr/d%C3%A9but-20e-s/a-travers-le-m
onde-la-chine/hardy-lenormand-comment-les-chinois-font-leur-th%C3%A9
 :

« Le Chinois est un mangeur de riz ; c'est encore plus un buveur de thé. Toute la journée, qu'il soit riche ou pauvre, vice-roi ou coolie, le Chinois a auprès de lui une tasse de thé brûlant, dans laquelle il trempe les lèvres de temps à autre. Ce n'est pas d'ailleurs l'infusion plus ou moins amère et colorée que l'on fait en Angleterre ou chez nous. Quelques feuilles très parfumées, mises au fond de la tasse même, et sur lesquelles on jette l'eau bouillante, donnent à celle-ci un léger arôme qui suffit au Chinois. [...] »

Plus récemment, Annabelle Masclet dans son ouvrage "Comprendre la Chine" http://data.rero.ch/01-R003898188 , confirme cette pratique :

« Vous aurez sans doute l'occasion tôt ou tard de partager avec un Chinois une tasse de thé se résumant parfois à quelques feuilles jetées au fond d'une tasse et recouvertes d'eau bouillante. »

René Paloc, auteur de "L'intégrale des plus belles expressions" http://data.rero.ch/01-R007527423 , nous apprend également que « Le thé était connu en Chine 2737 ans avant notre ère si l'on en croit les historiens, où l'on avait découvert la divination à partir des feuilles de thé ("thédomancie" ou "tasséomancie") prônée en complément de l'astrologie lorsque celle-ci ne se montrait pas suffisamment révélatrice. »

N'ayant pas trouvé l'origine de cette expression en français, nous ne pouvons que partir de l'hypothèse que la manière de boire le thé des chinois ou l'art divinatoire à partir des feuilles de thé originaire de Chine aurait donné ce nom aux petits bouts de feuilles de thé que nous retrouvons au fond de nos tasses...

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

Interroge http://www.interroge.ch

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève