Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Pourquoi l'île de Madagascar se nomme-t-elle ainsi et pourquoi appelle-t-on ses habitants les malgaches ?

Date de la réponse: 31.01.2018


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Vous trouverez la réponse à votre question dans l'article "Histoire des noms anciens de Madagascar : réévaluations et nouvelles hypothèses" http://journals.openedition.org/oceanindien/1704 d'Alain Clockers et publiée en 2014 dans le journal "Etudes Océan Indien". Cet article comporte un chapitre sur l'origine du nom de Madagascar. Il vous serait utile de le lire dans son entier mais voici ci-dessous quelques extraits pertinents.

Voici pour commencer l'introduction de cette étude qui peut aider à appréhender la complexité du sujet :

« Depuis que les scientifiques des XIXe et XXe siècles se sont penchés sur les textes anciens racontant des voyages à travers l’océan Indien occidental, ils ont tous été intrigués par des noms étranges comme Ménouthias, Phébol, Quanbalû, Madeigester, Malichu ou Cerné. Quelle que soit l’exacte orthographe avec laquelle ils ont été transcrits, ces noms continuent aujourd’hui de poser un problème de compréhension et d’interprétation. »

Et plus bas, concernant en particulier le nom de Madagascar :

« Grandidier (1885, 22-23) a parfaitement compris la problématique de l’évolution du nom de "Madagascar". Il a saisi que "tout" était parti du géographe de Roger II, roi normand de Sicile : le célèbre Idrisi. [...]
Effectivement, au début du XIVe siècle, après le retour de Marco Polo qui parla bien de Madagascar (prononcé "Madeigascar") ─ comme l’a très bien démontré, et de façon définitive Allibert (2005) ─, nous trouvons une carte curieuse qui mentionne une île dont Grandidier nous dit qu’elle portait le nom de Malichu. [...]
Ce fameux Malichu apparaissant en Angleterre au XIIIe siècle pourrait ainsi être lu comme une addition de deux abréviations ayant du sens : "Mal(ay)" + "i (n) chu (la)", pour "Malai Insula", c’est-à-dire "l’île des Malais". [...]
Le planisphère qui nous préoccupe ici porte bien en effet des mentions de translittérations en lettres latines de noms écrits en arabe. Nous pouvons ainsi lire sur l’espace réservé à l’île de Madagascar : "gésira al komor (…) gesira malai". Sachant que le mot "gésira" signifie bien "île", nous reconnaissons d’abord l’usage arabe de nommer la Grande Île "Komr" (Allibert, 2001). Là où Idrisi est novateur, c’est quand il qualifie l’île d’"île des Malais" ou "île dont la capitale est Malaï" (Viré, 1984, 29), faisant clairement référence aux populations malayo-polynésiennes (jugées comme venant de Malaisie par l’aspect physique de sa population, d’un type physique déjà connu par les marins arabes dans la péninsule indonésienne). [...]
Partons de la graphie "gésira malai" et inversons les termes (pratique linguistique courante et plausible) : nous obtenons "malai - gésira". Le "-l" de "malai" va peu à peu être recopié comme étant un -d (un peu comme on passe du grec "lamda" λ au "delta" δ), pour donner désormais la graphie "madai". Le mot "gésira" deviendra peu à peu "gasira" évoluant vers "gascra" par transformation du "-i" en un "-c" pour arriver enfin à "gascar". Ainsi s’est dessiné avec le temps l’équation "gésira malai − malaigésira – madaig(é)scra – madégescar − madégascar – madagascar". Voici comment une localisation libellée en arabe au XIIe siècle est passée à travers toute une série de transformations scripturales au hasard de la qualité des copistes qui se sont succédé pour la transmettre jusqu’à l’écrire comme on peut la lire aujourd’hui. »

En ce qui concerne le mot "malgache", voici ce qu'indique le "Dictionnaire historique de la langue française" http://bit.ly/2vloaNj :

« [...] semble être la contraction de "malégache" (1769), modifié en "madécasse" (1787), qui est le nom de l'île de Madagascar (en malgache, "Malhassy") dans l'"Encyclopédie" (1765). La forme "malgache" (1840) l'a emporté, mais MADÉCASSE est encore employé au XXe siècle (les chansons "madécasses" de Ravel). Cette famille de mots est empruntée à la principale langue, du groupe malayo-polynésien, parlé à Madagascar. »

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

http://www.interroge.ch

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève