Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Quelle est l'origine de la devise "Post tenebras lux" sur les armoiries de Genève ?

Date de la réponse: 21.08.2019


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Waldemar Deonna, dans son article "Les arts à Genève : des origines à la fin du XVIIIe siècle" https://doc.rero.ch/record/209516/, paru en 1942 dans le bulletin du Musée d'art et d'histoire "Genava" http://data.rero.ch/01-0056166, et accessible en ligne dans la bibliothèque numérique "RERO doc", nous apprend dans le chapitre consacré aux armoiries ceci au sujet de cette devise :

« La devise est d'abord "Post tenebras spero lucem". Ce verset de Job XVII, 12, est très usité. Marot le cite dans une ballade (1514) et plusieurs personnages l'ont comme devise. Il semble cependant que ce texte ait été emprunté moins à Job qu'aux livres d'Heures qui le répètent fréquemment. On le lit deux fois à la fin d'une édition de Maurice de Sully, "Exposition des Evangiles en français", faite par un imprimeur lyonnais en 1500, sans doute pour un libraire de Genève. La devise apparaît sur un sceau genevois de 1530. Les monnaies la portent depuis 1535. A partir de 1542, on adopte la formule définitive, orgueilleuse et quelque peu présomptueuse: "Post Tenebras Lux". Une clef de voûte, sculptée au XVIIe siècle au portique de l'Hôtel de Ville réunit les deux variantes : "Post tenebras spero lucem, Job, C. 17,12. Orietur in tenebris lux tua. Esa. C. 38, 10" et "Post tenebras lux". »

Nous trouvons des détails supplémentaires sur cette citation dans l’"Armorial genevois" http://doc.rero.ch/record/22304 de Jean-Daniel Blavignac, également numérisé dans "RERO doc". L’auteur écrit ceci :

« Cette devise est tirée du dix-septième chapitre du livre de Job, dont le verset douzième se termine dans la Vulgate par les mots, POST TENEBRAS SPERO LUCEM, "Après les ténèbres j'espère la lumière", ou mieux, suivant le sens du passage complet, "Après la calamité j’espère le bonheur". Cette parole, très-naturelle dans la bouche de Job, fut, à l'époque de la Réformation, interprétée comme un désir de changement de religion de la part de nos pères. […]
Le 4 décembre 1535, le Conseil ordonna que la devise : "Post tenebras spero lucem", serait placée sur les monnaies, et, jusqu'en 1553, l'on fit usage des sceaux où elle se trouvait. »

Une note du document précise que « Le mot "spero" fut bâtonné [barré] plus tard sur le registre original. »

Sur le site "Numista", nous trouvons un exemple de ces premières pièces genevoises https://fr.numista.com/catalogue/pieces92064.html portant l’inscription « :G:POST:TENEBRAS:LVX ».

Nous vous recommandons une lecture plus approfondie de ces deux articles qui vous fourniront de nombreuses informations supplémentaires sur l’usage de cette devise à partir du XVIe siècle sur les bâtiments, les armoiries, les monnaies, etc. par les autorités genevoises.

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

http://www.interroge.ch

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève