Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Questions récentes Interroge

Découvrez les dernières questions posées à Interroge.

D'où vient la légende selon laquelle les autruches mettent la tête dans le sable en cas de danger ?

Date de la réponse: 13.10.2020

Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Le site Futura Planète fournit quelques explications à ce sujet dans son article Autruches : pourquoi mettent-elles la tête dans le sable ?. On nous apprend que le « vieil adage qui dit que l'autruche met la tête dans le sable dès qu'elle se sent menacée » est une idée fausse bien que basée sur un fond de vérité :

« Faire l'autruche est une expression de la langue française qui traduit le fait qu'une personne refuse de faire face à la réalité. Cette expression populaire est née de l'idée que l'autruche, plus grand oiseau au monde, enfouit sa tête dans le sable dès qu'elle a peur. Ce vieil adage est basé sur les observations, mais son interprétation est fausse. Si l'autruche met effectivement la tête dans le sable, cela n'a rien à voir avec ses craintes: lorsque l'oiseau est effrayé, il s'enfuit ! Il existe aujourd'hui plusieurs théories pour expliquer cette expression. D'abord, l'autruche pond ses œufs dans le sol, dans des trous qui peuvent faire jusqu'à une trentaine de centimètres de profondeur. De jour, c'est le mâle qui surveille les œufs ; de nuit, c'est la femelle. Au cours de la surveillance, il peut arriver que l'oiseau retourne les œufs, ôte les lézards ou les rongeurs qui se seraient incrustés dans les trous pour profiter de la chaleur. L'autruche a donc régulièrement la tête dans le sable en période de couvaison. Par ailleurs, si l'autruche est essentiellement herbivore, elle mange de tout, et toute la journée. Ainsi, lorsqu'on observe l'oiseau, il semble avoir bien souvent la tête près du sol, d'où l'idée d'un oiseau qui enterre sa tête. À ceci, on peut ajouter qu'avec son long cou, l'autruche, en cas de tempête de sable, n'a d'autre choix que de mettre sa tête au ras du sol. L'adage populaire est probablement né de la combinaison de toutes ces observations, mais une chose est sûre : l'autruche, du haut de ses deux mètres et avec des pointes de vitesse de course à 90 km/h, a tout intérêt à courir si elle se sent menacée plutôt qu'à enfouir sa tête dans le sable ! »

Dans l’ouvrage de référence Handbook of the birds of the world : Vol. 1 Ostrich to ducks de Josep del Hoyo, Andrew Elliott et  Jordi Sargatal nous lisons à propos des autruches :

« The popular belief that Ostriches bury their heads in the sand, when in danger, is apparently erroneous, and it has never been recorded. However, when no other form of escape is evident, a bird may sit down, with its head and neck stretched out on the ground in front of it, and remain motionless, in the hope of being overlooked by its pursuer. This strategy is similarly adopted by an incubating bird, when it senses that danger is close, and this may have given rise to the myth. » - (La croyance populaire selon laquelle les autruches s'enfouissent la tête dans le sable, lorsqu'elles sont en danger, est apparemment erronée, et elle n'a jamais été enregistrée. Cependant, lorsqu'aucune autre forme d'évasion n'est évidente, un oiseau peut s'asseoir, la tête et le cou tendus sur le sol devant lui, et rester immobile, dans l'espoir d'être négligé par son poursuivant. Cette stratégie est également adoptée par un oiseau en couvaison, lorsqu'il sent que le danger est proche, ce qui a peut-être donné naissance au mythe.)

Si ces animaux vous intriguent, vous trouverez différentes anecdotes pour le moins cocasses dans le livre Histoires remarquables, les oiseaux de Guilhem Lesaffre.

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque du Muséum d'histoire naturelle

Pour www.interroge.ch