Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Questions récentes Interroge

Découvrez les dernières questions posées à Interroge.

Toutefois, leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons particulièrement attentifs à la date de publication.

Existe-t-il un lien historique entre Halloween et les pratiques satanistes ?

Date de la réponse: 03.11.2022

Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Pour commencer, il est important de rappeler le contexte dans lequel la fête d’Halloween prend place. Nous avons trouvé quelques éléments de réponse dans l’article « Halloween » de l’Encyclopédie Universalis :

« Halloween trouve son origine dans la fête de Samain que célébraient les Celtes de Bretagne et d'Irlande, le 1er novembre. Cette date marquait le moment où les troupeaux quittaient les pâturages et les baux étaient renouvelés, la fin de l'été et l'entrée en hiver, le passage de la lumière à l'obscurité. Ce jour était aussi pour les Celtes le temps des revenants, car les âmes des morts étaient censées rendre visite à leur famille. Des feux de joie étaient allumés au sommet des collines pour ranimer les foyers contre l'hiver et éloigner les mauvais esprits. Les participants portaient en cette occasion des masques et d'autres déguisements pour ne pas être reconnus des fantômes qu'ils croyaient présents à la fête. De là vient aussi qu'Halloween est associée aux sorcières, lutins, gobelins, fées, démons et autres créatures fantastiques.»

Marine Benoît, dans son article Aux origines d'Halloween : Samain, la fête celtique des morts-vivants, paru sur le site de France24 nous donne un historique plus précis et également l’étymologie du nom ainsi que les origines païennes de cette fête :

« Halloween n'a pas toujours été ce raz-de-marée mercantile d'objets noirs et oranges. Ce sont les Celtes qui, il y a plus de deux millénaires, ont commencé à célébrer cette nuit-là leurs défunts en visite annuelle dans le monde des vivants. […] Il y a 2 500 ans, dans le monde celtique aux dieux titanesques, celle que l’on appelait alors la fête de Samain, ou Samhain, devait d'ailleurs être beaucoup plus  effrayante. Une nuit durant laquelle les frontières entre monde des vivants et au-delà étaient ouvertes. Célébrant à la fois le début de l’année et celui de la saison "sombre" (en opposition à la "claire", les Celtes n’ayant alors que deux saisons), elle correspondait surtout à cette étrange nuit durant laquelle les frontières entre monde des vivants et au-delà étaient exceptionnellement ouvertes. […] La principale fête des Celtes est celle du 1er novembre : Samain, Samhuin en irlandais, ce qui correspond au terme gaulois samonios, […] signifie étymologiquement la fin de l’été, autrement dit le début de l’hiver. C’est le premier jour de l’année nouvelle, ou la première nuit car les Celtes comptent par nuits", écrit Jean Markale, spécialiste du monde celtique, dans son ouvrage "Le Druidisme".

Car même si les festivités duraient sept jours au total – le jour de Samain lui-même, trois jours avant et trois jours après –, c’est bien de cette nuit-là qu’Halloween tire son héritage, une nuit qui n’appartient ni à l’année qui se termine, ni à celle qui commence.

La célébration, obligatoire dans toute société à rites druidiques, se déroulait dans une ambiance très festive, rythmée par de gargantuesques banquets et une série de sacrifices. Véritable parenthèse temporelle, elle marquait aussi une trêve dans les combats ou encore la fin des travaux agraires. Mais au VIIe siècle, le Christianisme, qui réprime fortement le paganisme, finira par avoir raison d’elle. Le pape Grégoire IV est celui qui enterre Samain (pas bien profondément tout de même) et qui officialise, en date du 1er novembre, la "fête de tous les saints" : en l’an 835 a lieu la première Toussaint. »

A propos des liens historiques entre la fête d’Halloween et des pratiques satanistes, Jean La Fontaine nous apprend ce qui suit dans son livre Witches and demons : a comparative perspective on witchcraft and satanism en anglais mais que nous traduirons ainsi :

« Dans les années 1960, Anton LaVey a fondé une religion anti-chrétienne qu'il a appelée l'Église de Satan, et elle a donné naissance à d'autres groupes sataniques autoproclamés. Les croyances de ces nouvelles religions et leur succès rapide dans la conversion des gens menaçaient profondément les religions établies, en particulier les branches évangéliques en pleine expansion de l'Église chrétienne, qui les catégorisaient toutes comme des cultes et prétendaient que leurs pratiques étaient mauvaises et donc sataniques. »

Catherine Beyer dans un article intitulé Is Halloween satanic ? paru sur le site de Learn Religions en septembre 2021 confirme que ce lien date seulement de la deuxième moitié du 20e siècle et complète (en version traduite ) :

« Il est vrai que Halloween n’est associée au satanisme que dans certaines circonstances et ce depuis peu. Historiquement, Halloween n’a rien à voir avec les satanistes pour le simple fait que la religion formelle du satanisme n’a pas été conçue avant 1966. […] Anton LaVey a formé l’Église de Satan en 1966 et a écrit la "Bible satanique" en quelques années. Il est important de noter que ce fut la première religion organisée à se qualifier de satanique. LaVey a stipulé trois jours fériés pour sa version du satanisme. La première et la plus importante date est l’anniversaire de chaque sataniste. C’est, après tout, une religion centrée sur soi, il est donc compréhensible que ce soit le jour le plus important pour un sataniste.

Les deux autres jours fériés sont Walpurgisnacht (30 avril) et Halloween (31 octobre). Les deux dates étaient souvent considérées comme des "fêtes des sorcières" dans la culture populaire et se sont vues liées au satanisme. LaVey a adopté Halloween moins à cause d’une signification satanique inhérente à la date, mais plus comme une blague sur ceux qui l’avaient craint superstitieusement. […]

Donc, oui, les satanistes célèbrent Halloween comme l’un de leurs jours fériés. Cependant, il s’agit d’une adoption très récente.

Halloween a été célébrée bien avant que les Satanistes aient quelque chose à voir avec cela. Par conséquent, historiquement, Halloween n’est pas satanique. Aujourd’hui toutefois, il est logique de la considérer comme une fête satanique si on fait référence à sa célébration par de vrais satanistes. »

Lors de nos recherches nous sommes tombés sur des articles concernant la polémique de célébrations d'Halloween par les chrétiens. Ceci nous a amené au lien entre ces croyances et leur histoire. Par exemple, en 2019 le journal Time consacre un article intitulé Should Christians Celebrate Halloween? Here's Why That Question Has Been Picking Up Steam Since the 1960s (Les chrétiens doivent-ils fêter Halloween ? Voici pourquoi cette question a repris du poil de la bête depuis les années 1960) qui indique ce qui suit (traduit) :

« En fait, ce n'est qu'au cours du dernier demi-siècle que la discussion a pris de l'ampleur ; cela coïncide avec le fait que les chrétiens évangéliques jouent un rôle plus important dans la vie politique américaine depuis les années 60 - et que la culture américaine repousse les limites de ce qui semblait autrefois normal. »

"Il y a une opposition naissante à Halloween", déclare Jason C. Bivins, auteur de Religion of Fear : The Politics of Horror in Conservative Evangelicalism, citant l'anxiété suscitée par la glorification des "thèmes occultes" par des rockeurs comme Black Sabbath et la crainte que le culte du diable puisse avoir lieu. "Il y a un réel sentiment au début des années 1970 que les gens commencent presque à esthétiser le mal, et [les opposants] le voient dans la musique rock et la popularité accrue d'Halloween." »

Sachez qu’en août 2019, nous avons répondu à une question sur les origines de la fête du 31 octobre « Je cherche des informations sur l'origine d'Halloween ».

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, vous trouverez ici différents documents :

- Satanisme, sorcellerie textes réunis par Jean-Baptiste Martin

- Les dérives religieuses : astrologie, occultisme, spiritisme [sic], Nouvel Age, Halloween, sorcellerie, satanisme de Jacky Cordonnier

- La croisade contre les satanistes de Bertrand Ouellet, paru en 1997 dans la revue Théologiques

- Halloween : histoire et traditions de Jean Markale

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque du Musée d'ethnographie de Genève

Pour www.interroge.ch