Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Questions récentes Interroge

Découvrez les dernières questions posées à Interroge.

Toutefois, leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons particulièrement attentifs à la date de publication.

Existe-t-il une langue parlée par toutes la communauté rom ?

Date de la réponse: 21.11.2022

Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

En 2013, nous répondions à la question « Qui sont les Rom ? De quels pays viennent-ils ? Quelle est leur culture ? »

En début de réponse, nous citions l'article « rom » de l’Encyclopédie Universalis de de Marcel Courthiade. Voici ce qu'il nous apprend sur leur origine et leur langue :

« Les Rom ont en commun une origine indienne, l'usage (ou le souvenir de l'usage) d'une langue appelée chib romani [langue rom], un net sentiment de différence collective par rapport aux populations environnantes et plusieurs traits culturels, comme le rapport à la destinée, à la famille et aux enfants, aux biens matériels, etc. »

Concernant leur langue, le chib romani ou simplement romani (aussi écrit avec deux R : rromani), Lucie Presber et Jeannne Ganonet ajoutent, dans leur article La langue rromani : indienne, européenne et française, paru en 2007 dans la revue Langues et cité, ceci au sujet de l’origine de la langue parlée par la communauté rom :

« Le rromani, héritage des Rroms, Sintés et Kalés, est aussi patrimoine indivis de la diversité culturelle française et européenne en même temps qu’un lien avec les civilisations indiennes antiques. […] Plongeant ses racines dans le vieil-indien, le rromani a quitté l’Inde en 1018 au moment de la déportation des ancêtres des Rroms de leur cité d’origine, Kannauj dans la moyenne vallée du Gange, par le sultan afghan Mahmoud de Ghazni. Alors que les langues d’immigration disparaissent en général en 3 ou 4 générations, le rromani reste vivant au bout d’un millénaire. »

Dans ce même numéro, l'article Le rromani aux langues O' d'Annie Montaut de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), complète ses informations ainsi :

« Il est bien connu que les langues indo-aryennes, originaires du sanskrit et parlées dans le Nord de l’Inde, sont d’origine indo-européenne. Bien connu aussi que leurs représentants modernes se sont éloignés du modèle sanskrit au point de n’avoir, dans leur structure, plus grand-chose d’européen, s’étant indianisées au contact des langues dravidiennes, tibéto-birmanes, austriques.
Le rromani fait exception, et ne serait-ce qu’à ce titre, mérite de faire l’objet d’une promotion spéciale en Europe où il est du reste langue maternelle pour dix millions d’Européens de l’Union (et deux autres millions hors Union). C’est en effet, il y a près de dix siècles (à partir du 11e siècle) que des communautés indiennes du nord du pays ont commencé d’émigrer vers l’Europe et leur langue, à l’origine un rameau du groupe rajasthani-kanauji, très proche parente du braj ou hindi occidental, s’est, au cours de siècles de contact avec les parlers européens, profondément modifiée, tant sur le plan phonétique (perte de l’opposition dentales/rétroflexes) que syntaxique et morphologique (début d’acquisition de prépositions, verbe en position médiane et non finale).
Langue donc autant européenne qu'indienne, le rromani est utilisé au Conseil de l’Europe et dans diverses organisations et gouvernements comme langue de travail, notamment en Hongrie et Roumanie. »

Le site Ethnologue.com montre à l’aide d’une arborescence, le classement de la langue romani parmi les familles de langues.

Comme l'indique l'UNESCO sur son site internet : 

« En 2015, l’UNESCO a proclamé la Journée mondiale de la langue romani pour encourager la préservation de la langue romani et de la culture rom, améliorer le bien-être des Roms et reconnaître l’importance de toutes les langues, dont la diversité est une source de force pour toutes les sociétés. »

Cette page nous apprend encore que « La langue romani compte environ 33 000 mots, ce qui constitue une bonne base pour sa modernisation et sa normalisation finale. Il existe 17 dialectes mais les locuteurs de différents dialectes peuvent se comprendre entre eux. Un travail considérable a été mené en vue de créer une langue standard, mais il reste encore beaucoup à faire en la matière. »

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, voici différents liens et documents :

Dictionnaire de la romani commune (langue tsigane) de Jean-Claude Megret
Langues singulières d’Europe : les secrets du romani de Arnaud Bernier - article paru en 2019 dans Babbel Magazine

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque du Musée d'ethnographie de Genève

Pour www.interroge.ch