Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Questions récentes Interroge

Découvrez les dernières questions posées à Interroge.

Toutefois, leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons particulièrement attentifs à la date de publication.

Existe-t-il une prostitution masculine hétérosexuelle à Genève ?

Date de la réponse: 14.07.2021

Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Dans l’article Quand les femmes payent pour du sexe, publié en avril 2019 dans le journal Le Temps, nous apprenait ce qui suit :

« En Suisse, où la prostitution est légale, certains sites et agences d’escorts proposent spécifiquement ce type de services. C’est le cas d’Easylives, à Genève. En dix-sept ans d’activité, sa gérante, qui préfère rester anonyme, n’a croisé qu’une poignée de clientes. Certaines ont l’envie de se sentir mieux après une rupture ou de renouer avec leur sexualité après une maladie. D’autres prennent un escort après avoir découvert que leur mari faisait de même. "C’est comme une petite thérapie", lance-t-elle. "Mais ce n’est pas du tout la même démarche que pour les clients hommes. Les femmes se sentent jugées et vont se justifier. Payer un homme pour se faire plaisir n’est pas encore entré dans les mœurs."

L’émergence d’un marché : Même si on est très loin du volume des femmes escorts, une étude de l’Université de technologie du Queensland (Australie) portant sur l’offre de sexe en ligne dans plusieurs pays indique qu’un marché pour les femmes achetant des "services sexuels" est bien en train d’émerger. Il concernerait 11% des sites dédiés. Des chercheuses de l’Université de Lancaster, au Royaume-Uni, ont aussi travaillé sur le sujet. Elles ont observé que cette clientèle est constituée notamment de femmes en couple, désireuses d’égayer leur vie sexuelle, ou au contraire de femmes actives qui n’ont pas le temps ni l’envie de nouer des relations amoureuses. »

Le site Blue news présentait, en décembre 2019, le documentaire suisse Escort boy : un homme à la demande dans un article intitulé Des escort boys suisses témoignent :

« Depuis 2013 et la création d’une première agence à Lausanne, les escort boys romands se vendent pour quelques instants ou pour plusieurs jours à des femmes aisées, venues de Suisse ou d’ailleurs. »

L’article Les escort boys débarquent à Genève, publié le 6 juin 2013 dans le GHI, évoquait justement cette première agence lausannoise :

« La prostitution masculine est en plein essor à Genève. Depuis trois ans, les prostitués ne se cantonnent plus uniquement à la prostitution de rue, dans des saunas ou via internet. Désormais, les mâles prostitués vendent leur corps au profit d'agences spécialisées. Comme l'agence Adonis Escorte Service, la première de Suisse romande, qui ne reçoit que la clientèle hétérosexuelle.
[…]
L'ouverture des frontières et le fait que la prostitution masculine soit autorisée depuis 1992 en Suisse a motivé des étrangers à occuper le trottoir genevois. Les prostitués déclarés aux Mœurs sont principalement des Latinos, Africains, Bulgares, Roumains et des ressortissants européens. Côté prostitution de luxe en revanche, ce sont des gigolos suisses et français qui occupent le marché. "Il est possible aujourd'hui avec internet d'avoir une vision globale des profils des hommes qui se prostituent de manière professionnelle et l'on peut estimer à une moyenne de 25 profils d'escorts actifs sur internet par jour à Genève", tient à souligner l'association Aspasie. »

Enfin, sachez que la Cour des comptes de Genève a publié en 2014 une Evaluation de la politique publique en matière de prostitution. En page 20 nous pouvons lire ceci concernant la prostitution masculine, principalement homosexuelle :

« La très forte majorité de la clientèle étant constituée d’hommes, la prostitution masculine fonctionne selon des règles et des codes issus du milieu homosexuel. Ainsi, les TdS [travailleurs du sexe] masculins ne trouvent pas leurs clients dans la rue mais principalement sur certains sites internet spécialisés ainsi que dans des lieux de rencontre fréquentés par la communauté gay (bars, discothèques, etc.). L’activité de racolage s’exerce donc principalement en intérieur, sans code vestimentaire spécifique et avec une plus faible visibilité que son pendant féminin. Cette discrétion s’accompagne d’un enregistrement lacunaire, bien qu’obligatoire, auprès du groupe prostitution de la brigade des mœurs genevoise (par la suite GP-BMOE). Ainsi, au-delà de la certitude que le nombre de TdS masculins en activité à Genève est nettement inférieur au nombre de TdS féminines, il est impossible de quantifier précisément l’importance de ce type de prostitution. Contrairement à leurs homologues féminins, les TdS masculins subissent peu de prélèvements financiers sur les prestations sexuelles qu’ils fournissent. En effet, les TdS masculins n’exercent pas dans des salons mais chez les particuliers ou dans des locaux connus comme lieux d’errance sexuelle. À titre illustratif, certains saunas proposent des espaces de détente ainsi que des cabines particulières dans lesquelles il est possible de s’isoler. Ces différents éléments expliquent le manque de visibilité de cette activité et les difficultés rencontrées par les autorités lors de la mise en œuvre de la politique publique. »

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

www.interroge.ch

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève