Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Questions récentes Interroge

Découvrez les dernières questions posées à Interroge.

Pourquoi l'être humain fait-il souffrir les animaux ?

Date de la réponse: 21.09.2021

Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Nous comprenons que vous souhaitez savoir pourquoi l'être humain agit de manière cruelle envers les animaux et pourquoi il ne les considère pas avec respect. Autrement dit, vous souhaitez comprendre pourquoi l'être humain exerce son pouvoir sur les animaux et plus largement, la relation de l'Homme et l'animal.

L’article À la vie, à la mort : les liens entre l'homme et l'animal de Georges Chapouthier publié en 2014 dans le revue Etudes sur la mort pourrait être une bonne entée en matière sur le sujet :

« Les liens entre l’homme et les animaux ont toujours été très forts. Liens faits parfois d’exploitation et causes de souffrance animale, mais aussi parfois liens faits d’affection, voire d’amour fou. […]
En fait les relations entre l’homme et les (autres) animaux peuvent renvoyer à trois grandes conceptions de l’animal : l’animal humanisé, l’animal-objet et l’animal-être sensible.
[…] dans l’Occident des derniers siècles, […], c’est l’animal-objet qui est la conception la plus répandue, une conception qui crée une coupure absolue entre l’homme et les animaux, et autorise l’homme à traiter l’animal comme bon lui semble. Cette conception est encore très répandue de nos jours où elle légitime moralement tous les mauvais traitements que les êtres humains infligent aux animaux : puisque l’animal est un objet laissé au bon vouloir de l’homme, pourquoi s’en soucier particulièrement ? C’est aussi cette conception qui sous-tend l’utilisation des animaux comme "objets" d’expériences scientifiques, pour améliorer les connaissances biologiques et médicales dans l’esprit de la philosophie de Claude Bernard […].
Par un curieux retour des choses, la démarche scientifique expérimentale a conduit à reconnaître dans les animaux des êtres sensibles […], proches de l’homme sans être ses identiques. Cette dernière conception, moderne, fondée scientifiquement, est la seule plausible de nos jours. Elle traduit un retour vers une plus grande proximité de l’homme et de l’animal. Elle est étayée non seulement par les découvertes de la génétique, de physiologie et de l’éthologie, qui montrent une grande proximité de l’homme avec les (autres) animaux sur le plan naturel et même culturel […], mais aussi par la théorie de l’évolution qui révèle que l’espèce humaine trouve, dans les animaux, ses ancêtres et ses cousins.
Il est clair que les liens très forts qui unissent les humains et les animaux sont tributaires de ces différentes conceptions. Si la première, celle de l’animal humanisé, porte plutôt à des liens de respect et d’affection, comme on peut en trouver, par exemple, dans l’attitude des ascètes de l’Inde ou des Indiens d’Amérique, voire dans les relations traditionnelles de paysans européens avec leurs animaux de travail, la conception occidentale de l’animal-objet, en revanche, porte plutôt à un mépris de l’animal et à son exploitation systématique sans vergogne, comme c’est cas dans les élevages industriels modernes. Même s’il existe, bien sûr, des comportements qui font exception aux conceptions dominantes. Même si l’on rencontre, bien sûr, des liens occasionnels d’exploitation malgré une philosophie ambiante d’humanisation de l’animal et des liens occasionnels d’affection malgré une philosophie ambiante favorable à l’animal-objet. […] »

Nous vous conseillons la lecture complète de cet article qui fait état des rapports que l'Homme entretient avec les animaux, à plusieurs niveaux.

La conférence donnée en décembre 2000 par Elisabeth de Fontenay, philosophe spécialiste de la question animale - La cruauté envers les animaux - que vous pourrez visionner sur Canal-U, « site de référence pour les ressources audiovisuelles de l’enseignement supérieur », vous intéressera certainement. Voici sa présentation :

« Quel est donc le sens des souffrances que l'homme inflige aux animaux ? Pas uniquement dans la chasse à courre ou la corrida mais plus généralement et de manière moins visible dans l'élevage et l'exploitation de l'animal. Il ne s'agit pas d'une cruauté sadique mais d'une violence banale, endémique, liée au profit. Et ces pratiques envers les animaux préfigurent toujours les pratiques envers l'homme. »

Vous trouverez un entretien de cette philosophe intitulé L'Homme et l'animal : anthropocentrisme, altérité et abaissement de l'animal, publié en 2009 dans la revue Pouvoirs consacrée aux animaux et où vous pourrez consulter d'autres articles qui traitent du sujet de la condition animale.

Enfin, l’émission Question du jour diffusé le 9 septembre 2020 sur France Culture répondait à la question Comment lutter efficacement contre la souffrance animale ?

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter ou emprunter les ouvrages traitant de l'éthique et l'animal dans nos bibliothèques parmi lesquels vous trouverez par exemple l'ouvrage publié en 2021 La cause animale : débats pour y voir plus clair d’Elisabeth de Fontenay et Alain Finkielkraut. Ou encore l'article d'Emmanuel Gouabault et Claudine Burton-Jeangros L’ambivalence des relations humain-animal paru au printemps 2010 dans Les passeurs de frontières de la revue Sociologie et sociétés.

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

www.interroge.ch

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève