Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Questions récentes Interroge

Découvrez les dernières questions posées à Interroge.

Quelle civilisation est à l'origine de la croyance en la réincarnation et quand a-t-elle commencé à y croire ?

Date de la réponse: 12.03.2021

Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Votre question est assez difficile car nombreux sont les groupes humains qui croient en la réincarnation. Si on compte les différents mouvements de chaque grande religion croyant en la réincarnation, il est impossible de détailler ou de quantifier. De plus, le concept de réincarnation diffère d’une religion à l’autre.

Pour commencer, voici la définition de la réincarnation avec l’aide du Dictionnaire des religions édité sous la direction de Paul Poupard :

« La réincarnation est la croyance selon laquelle l'âme, ou l'élément psychique, ou le corps subtil se dote lui-même, à chacune des existences successives, d'un corps différent et se trouve ainsi "réincarné". Selon cette croyance, il y aurait donc une succession de naissances et de morts prises en compte par le même individu. On parle alors de "nouvelle naissance" (palingénésie), de "passage d'un corps dans autre" (métensomatose), de "transvasement" (métangismose) ou des "états successifs de l’âme" (métempsycose). »

Toujours selon ce même ouvrage Paul Poupard nous dit :

« La croyance en la réincarnation a été admise par de nombreux peuples avec à chaque fois des nuances particulières. […] Dans le monde grec cette doctrine se trouve chez les Orphiques pour qui le salut de l’homme consiste dans la cessation des existences. L’âme à peine sortie du corps, s’incarne à nouveau dans un autre corps (sôma) qui est ainsi une prison (sêma) et ce cycle est sans fin pour ceux qui ne sont pas initiés. […] Au XIXe s. en Europe et en Amérique la réincarnation devient le thème privilégié de la théosophie, des milieux occultistes ou spirites. »

L’Encyclopédie Britanica dans son article Reincarnation nous explique les origines géographiques :

« The major religions that hold a belief in reincarnation, however, are Asian religions, especially Hinduism, Jainism, Buddhism, and Sikhism, all of which arose in India. They all hold in common a doctrine of karma (karman; “act”), the law of cause and effect, which states that what one does in this present life will have its effect in the next life. In Hinduism the process of birth and rebirth—i.e., transmigration of souls—is endless until one achieves moksha, or liberation (literally “release”) from that process. Moksha is achieved when one realizes that the eternal core of the individual (atman) and the Absolute reality (brahman) are one. Thus, one can escape from the process of death and rebirth (samsara). »

Ce qui traduit en français donne : 

Les principales religions qui croient en la réincarnation sont cependant les religions asiatiques, en particulier l'hindouisme, le jaïnisme, le bouddhisme et le sikhisme, qui sont toutes nés en Inde. Elles ont toutes en commun une doctrine du karma (karman ; "acte"), la loi de cause à effet, qui stipule que ce que l'on fait dans la vie présente aura son effet dans la prochaine vie. Dans l'hindouisme, le processus de naissance et de renaissance - c'est-à-dire la transmigration des âmes - est sans fin jusqu'à ce que l'on atteigne le moksha, ou la libération (littéralement "délivrance") de ce processus. La moksha est obtenue lorsque l'on réalise que le noyau éternel de l'individu (atman) et la réalité absolue (brahman) ne font qu'un. Ainsi, on peut échapper au processus de la mort et de la renaissance (samsara). [Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)]

Donc, la réincarnation tient son origine en Asie et plus particulièrement en Inde. On relèvera l’importance de la doctrine du « Karma » élément essentiel de cette croyance. 

Ces informations sont corroborées par ces phrases provenant du livre Life and death : of gods and men de Chris de Lauwer :

« India is the cradle of three ancient religions : Hinduism, Jainism and Buddhism. All three are based on a belief in reincarnation - the rebirth of the soul in a new body when the old one has died. »

Soit en francais : L'Inde est le berceau de trois religions anciennes : l'hindouisme, le jaïnisme et le bouddhisme. Ces trois religions sont fondées sur la croyance en la réincarnation, c'est-à-dire la renaissance de l’âme dans un nouveau corps après la mort de l'ancien.

L’article A chaque peuple sa réincarnation, publié dans la revue L’Express en janvier 1997, on peut lire, et comme l'indiquait Paul Poupard plus haut, que la croyance en la réincarnation en Occident est « moderne » :

« La croyance occidentale moderne en la réincarnation remonte au XVIIIe siècle. Elle est le fait de philosophes acquis à l'idée de progrès de l'humanité (Lessing publie L'Education du genre humain en 1780). A l'inverse de la conception des Orientaux et des Grecs (qui employaient les termes de palingénésis ou de métempsychose), l'âme ne peut en aucun cas régresser en deçà du plan humain - et elle ne cesse de s'élever à travers ses vies successives. Cette théorie fut adoptée par les cercles spirites au milieu du XIXe siècle; ceux-ci forgèrent le terme couramment utilisé aujourd'hui de réincarnation. »

Monsieur Damien Kunik, conservateur Aise au sein du Musée d’ethnographie de Genève nous explique pourquoi il est difficile de définir très précisément les origines de la croyance en la réincarnation :

« Il est impossible de déterminer clairement la nature d'une religion et de ses croyances (dont la réincarnation) avant l'arrivée de l'écriture, et donc de textes pour nous renseigner. Les traces d'éléments considérés aujourd'hui comme sacrés, mais plus anciens que les récits écrits (peinture rupestre, sculpture, sites mégalithiques ou tombes p. ex.) ne peuvent être qu'interprétées par l'archéologie, mais sans certitude aucune. L'archéologie donne dans le meilleur des cas des traces matérielles de ce qu'ont pu être les religions de la préhistoire, mais jamais ses éléments spirituels.

Dans la région Asie, il est supposé que la croyance en la réincarnation ait émergé dans la zone du bassin de l'Indus (Nord-ouest du sous-continent indien). L'émergence de la croyance en la réincarnation est néanmoins difficile à dater. Pendant la période de l'Inde védique (IIe millénaire au VIe siècle av. JC), la notion de réincarnation n'apparaît pas clairement dans les textes sacrés, même si cela fait débat chez les historiens. Après la période védique, le nord du sous-continent indien entre dans la période dite brahmanique (600 av. JC à 500 ap. JC environ). C'est à cette époque que se constitue le système de castes. Selon la majorité des historiens, la croyance en la réincarnation serait une justification du système politique des castes: se réincarner permet de renaître dans une caste supérieure ou inférieure selon ses actions passées.

La réincarnation comme croyance religieuse s'est répandue en Asie à partir du sous-continent indien avec la diffusion du bouddhisme, puisque le bouddhisme est né en Inde en même temps que le brahmanisme (vers le VIe ou Ve siècle av. JC.). » 

En février 2018, le service Interroge répondait à la question « Quelle religion ne croit pas en la réincarnation de l'âme ? » Notre réponse vous donnera des pistes pour répondre à votre question.

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, vous trouverez dans le catalogue Swisscovery du réseau des bibliothèques de Suisse une sélection non exhaustive de documents :

- La réincarnation de Jean Vernette 

- Les religions dans le monde de John Bowker

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque du Musée d'ethnographie de Genève

Pour www.interroge.ch