Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Questions récentes Interroge

Découvrez les dernières questions posées à Interroge.

Quelle est l'origine des pantalons très larges portés par les rappeurs américains ?

Date de la réponse: 17.09.2021

Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Denis Bruna, dans son article Le vêtement trop ample : dissimulation et entrave, publié dans le catalogue de l’exposition Tenue correcte exigée : quand le vêtement fait scandale présentée au Musée des arts décoratifs, à Paris, du 1er décembre 2016 au 23 avril 2017, indique : « au cours des années 1990, […] l’apparition du baggy, un pantalon très large et tombant, originaire des Etats-Unis. Cette mode est essentiellement adoptée par des adolescents et de jeunes adultes voulant rendre hommage aux détenus qui portent, en prison, des pantalons de taille unique et sans ceinture. »

Le 20 mars 2019, l'article Comment la prison a influencé le port du baggy dans les années 90, paru sur le site RTS culture confirme cette information et apporte les compléments suivants :

« Souvenez-vous de cette mode dans les années 90 : les hommes portaient un pantalon nécessairement large, très bas, de manière à laisser voir le caleçon qui devait dépasser. [...] Cette mode s'appelle le "sagging" qui signifie littéralement "affaissement".

Popularisé par les rappeurs, le "sagging" trouve son origine dans les prisons. Dans les années 1990, on assiste à l'émergence du "gangsta rap". Les rappeurs valorisent alors la prison et le monde carcéral, laissant entendre que pour être un homme, pour être "un dur", il faut en passer par là. Or en prison, les pantalons des détenus tombent, car ils ne sont pas à leur taille et qu'ils n'ont pas le droit de porter de ceinture. En résulte une démarche particulière considérée comme "défiant l'autorité", ce qui plaît beaucoup aux rappeurs. »

Le site Hip hop corner tente même de trouver la date précise de l'apparition de cette mode dans l'article du 27 mars 2019 :  L’histoire du baggy dans le hip-hop américain :

« Si le baggy a été popularisé par le hip-hop, les porteurs de ce mouvement n’en sont pas directement à l’origine. L’histoire raconte que ce sont les prisonniers américains qui portaient les premiers ce type d’habits et qu’ils l’ont popularisé peu à peu à leur retour à la société. S’il est difficile de marquer dans le temps l’arrivée du baggy dans la culture hip-hop, un clip en particulier est un bon révélateur. Sorti en 1992, "Jump" de Kriss Kross voit le duo de gamins d’Atlanta porter ces jeans extra-large (et en plus à l’envers). La chanson devient un tube et participe sans doute à l’avènement du baggy dans le rap US. »

Dans la revue Nuevo mundo, mundos nuevos, Pascale Berloquin-Chassany parle, dans son article Le poids de l'apparence dans le monde noir. Un héritage africain à l'heure de la globalisation aux États-Unis paru en 2004, d’« une préoccupation particulière de l'apparence comme enjeu social de reconnaissance dans ou avec une société dominante occidentale blanche. Et ce, aussi bien en Afrique, qu'aux États-Unis. […] Le look ou style hip-hop s'étale avec ses baggies (pantalon très larges, tombant sur les hanches faute de ceinture) et plus tard ses sortes de fichus noirs issus des prisons nord-américaines. […] La jeunesse occidentale s'habille streetwear-sportswear, affichant ainsi de manière ostentatoire son appartenance musicale et/ou plus largement sa jeunesse. Une clientèle citadine et dynamique est visée. FUBU qui signifie For Us By Us, (pour nous par nous, ici des Africains-Américains) s'exporte dans le monde entier. Il s'agit de vêtements de sport (joggins, tee-shirts) destinés aux jeunes dont la marque, soit l'écriture de la griffe du créateur, peut aller jusqu'à n'être que la seule ornementation. »

Pour approfondir vos recherches, voici d'autres références qui pourront compléter vos informations :

- La culture hip-hop de Hugues Bazin

- Can't stop Won't stop : une histoire de la génération Hip-Hop de Jeff Chang

- The new Beats : culture, musique et attitudes du hip-hop de S. H. Fernando

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque Marie Madeleine Lancoux du Musée d’ethnographie de Genève

Pour www.interroge.ch