Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Questions récentes Interroge

Découvrez les dernières questions posées à Interroge.

Toutefois, leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons particulièrement attentifs à la date de publication.

Qu'est-ce que l'os de belle-mère ?

Date de la réponse: 18.10.2022

Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Vous ne précisez pas dans quel contexte l'« os de belle-mère », auquel vous faites référence, est utilisé.

Dans un premier temps, l'unique référence que nous avons trouvée par rapport à cette expression est en lien avec la coutellerie. En effet, dans un forum intitulé Le petit affuté : le forum de tous les couteaux, il est fait mention de l’« os de belle-mère » dans un message du 8 mars 2015 au sujet de la description d'un couteau.

Nous avons consulté plusieurs ouvrages consacrés à la coutellerie dans l'espoir de retrouver ce terme, mais en vain. Le Musée de la coutellerie de Thiers, référence en la matière, nous a confirmé qu’aucun terme professionnel sérieux ne correspond à cela. Il est plutôt d’ordre de la plaisanterie ou d’un matériau non identifié.

Ces informations ont été corroborées par Federica Tamarozzi-Bert conservatrice du département Europe de notre Musée d'ethnographie qui nous apprend que la figure de la belle-mère est souvent mobilisée dans l'artisanat et dans l'environnement domestique pour définir différentes choses (outils, plantes vertes, préparations culinaires).

Par exemple, en boucherie charcuterie, la belle-mère est la scie pour les os des carcasses animales.
En pâtisserie, elle est un instrument à pique avec lequel on perfore les pâtes à tarte.
Pour les charpentiers, c'est une grande scie de taille utilisée par un seul homme.
Pour les ébénistes, c'est une scie à lame orientable et pour les tailleurs de pierre une scie à pierre tendre.
Dans la couture pour le théâtre, c'est la pièce sous le pied de biche de la machine à coudre qui préserve le tissu de l'huile qui pourrait couler le long de l'aiguille ou bien le nom que l'on donne aux épingles de sécurité dite aussi épingles de nourrice.
Pour le musicien, ce sera une contrebasse aux formes généreuses.
Pour les routiers, c'est la remorque auxiliaire d'un camion qu'on a toujours derrière soi.
Pour les conducteurs de train, c'est la machine la plus mauvaise du dépôt, la plus poussive.

Dans le test de résistance physique, on appelle test « de la belle-mère » le test au sac qui permet de vérifier la résistance à la traversée d’un corps mou de grande dimension.

Au Québec, la belle-mère est un ancien membre du gouvernement qui aime bien / trop se mêler des affaires de ses successeurs et qui distribue des conseils sans y avoir été sollicité.

Des expressions comme l'œuf de belle mère peuvent indiquer des objets liés à des activités particulièrement ennuyeuses comme le reprisage des chaussettes.

Nous avons encore trouvé l'expression le « coup de la belle-mère » qui équivaut à l’expression « se cogner le petit juif ». Nous avons d’ailleurs répondu à une question en lien avec cette expression en 2016 : « Pourquoi dit-on se cogner le "p'tit juif" lorsqu'on se cogne le coude ? »

On le voit, le terme « belle-mère » est fréquemment associé à des tâches ennuyeuses, fastidieuses voir désagréables. Comme se cogner le coude.

Pour ce qui concerne le domaine de la coutellerie, il semblerait que l'expression « os de belle-mère » puisse indiquer un os un peu abîmé, difficile à travailler ou encore d'origine inconnue.

Cette expression ne peut pas être considérée comme proprement professionnelle, elle appartient plus au domaine des expressions et des blagues un peu grivoises.

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, vous trouverez ici différents documents :

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque du Musée d'ethnographie de Genève

Pour www.interroge.ch