Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Questions récentes Interroge

Découvrez les dernières questions posées à Interroge.

Toutefois, leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons particulièrement attentifs à la date de publication.

Sait-on dans combien de temps le débit du Rhône diminuera en raison de la fonte des glaciers et du glacier du Rhône en particulier ?

Date de la réponse: 20.05.2022

Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge.

Nous avons répondu à une question en lien avec la vôtre en novembre 2021 « Sait-on quel sera le niveau du Rhône dans 20 ou 30 ans ? ». Cette réponse contient des documents traitant du sujet qui vous intéresse.

Dans l’article Pas de crise de l’eau en Suisse avant 2050 paru en 2013 dans le journal Le Temps on pouvait lire :

« Le projet ACQWA a mobilisé plus de 100 chercheurs, représentant 37 institutions, localisées dans huit pays européens, ainsi qu’au Chili, en Argentine et au Kirghizistan. Il s’est concentré sur trois régions montagneuses, les Alpes aux abords des vallées du Rhône et du Pô, la Cordillère des Andes à la hauteur de l’Aconcagua et les reliefs surplombant les ­vallées de l’Amou-Darya et du Syr-Darya. Il y a relevé entre autres indications le niveau des précipitations et la surface des glaciers, dans le but de comprendre leur évolution et de déterminer les quantités d’eau dont y disposera l’homme d’ici à 2050.
[…] Le ton général était cependant serein vendredi à Viège. Prié de décrire l’effet du changement climatique sur le Rhône, Paolo Burlando, professeur d’hydrologie et de gestion des ressources hydriques à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, s’abstient du moindre pronostic. D’ici à 2050, explique-t-il, les précipitations devraient rester à l’intérieur de la fourchette de la variabilité naturelle du climat. Cela ne signifie pas qu’aucune évolution n’est attendue. Les rivières présentent d’ores et déjà de plus faibles débits en amont, à proximité des glaciers. Mais plus elles descendent vers les vallées et plus elles dépendent des pluies. Et plus elles dépendent des pluies, moins elles affichent de différence. »

Le rapport de 100 pages qui y est cité et contenant les résultats les plus importants du projet est à disposition à la Bibliothèque de l’Université de Genève. Un résumé de 12 pages en anglais - Summary for Policy Makers - des conclusions principales est accessible au format PDF.

Vous trouverez dans ce résumé des références concernant les glaciers en général. On y lit en substance qu'il est prévu que le changement climatique affecte la stabilité de certains glaciers alpins. Les prévisions réalisées récemment indiquent une grande variabilité du retrait progressif des glaciers
pour 2001-2050 ainsi qu'une réduction du volume de glace pour plusieurs glaciers alpins.

Le numéro 115 de la revue de l’Université de Genève Campus publié fin 2013 est consacré au projet ACQWA et contient des informations qui pourraient vous intéresser. En page 26, vous pouvez lire une brève chronologie sur la vie du glacier du Rhône. Les divers reculs et avancées du glacier qui y sont listés confirment aussi la difficulté à prévoir l'impact de ces fluctuations sur le débit du Rhône.

L’article Les ressources en eau menacées par la fonte des glaciers paru dans le journal Le Temps le 22 janvier 2018 présente une étude (Global-scale hydrological response to future glacier mass loss) publiée au même moment et menée par une équipe internationale de scientifiques parmi lesquels se trouvent également des suisses de l’EPFZ (Ecole polytechnique fédérale de Zurich). Ces scientifiques ont « modélisé l’évolution de tous les glaciers du globe jusqu’en 2100. Mais surtout, ils ont démontré comment ce retrait influencera le régime hydrologique des grands bassins-versants du monde. » . Voici ce que nous pouvons y lire au sujet du Rhône en particulier :

« "Ce que nous avons analysé dans un premier temps est l’évolution totale des volumes d’eau en provenance des glaciers pour un bassin-versant, afin de déterminer le Peak Water. Il faudrait ensuite aller étudier les choses plus en détail. Nous nous sommes intéressés plus précisément aux périodes estivales car c’est là que la dépendance aux glaciers, en termes de quantité d’eau douce disponible, est la plus forte", explique Matthias Huss, auteur de l’étude et glaciologue à l’EPFZ.
Concernant le Rhône, le débit total en été pourrait diminuer de 15% d’ici à 2100, quel que soit le modèle climatique testé. Que le scénario soit optimiste, autrement dit avec une forte diminution des émissions de CO2 par l’homme, ou pessimiste avec un modèle d’émissions de CO2 comme actuellement, les glaciers de petite taille vont disparaître. Il faut s’attendre à des conséquences économiques et sociales non négligeables, selon l’auteur. »

Enfin, l’article Pourquoi la fonte des glaciers nous concerne publié en juin 2021 sur le site Swissinfo.ch apporte des informations supplémentaires :

« Avec la fonte des glaciers, la Suisse perd une importante réserve d’eau qui, selon les estimations, pourrait garantir la consommation de sa population pendant 60 ans. La Suisse continuera à disposer de suffisamment d’eau, même si sa population passe de 8,5 millions d'habitants aujourd'hui à 10 millions en 2050. Il faudra cependant gérer différemment les précipitations – qui passeront de plus en plus de la forme de neige à la forme de pluie – afin d’éviter les conflits autour de l’eau, souligne Paolo Burlando, professeur d’hydrologie et de gestion de l’eau à l’École polytechnique fédérale de Zurich. La création de nouveaux bassins d’accumulation à usages multiples en montagne, dans des zones libérées de la glace, pourrait offrir de nouvelles possibilités pour la production d’énergie hydroélectrique et pour l’agriculture.
La situation pourrait être plus problématique en Europe, dans des régions situées à des centaines de kilomètres des Alpes suisses. En raison d’un apport amoindri d’eau issue de la fonte des neiges et des glaciers, le débit des principaux fleuves européens – le Rhône, le Rhin, le Danube et le Pô – pourrait diminuer considérablement en été. Une baisse du niveau des cours d’eau et des lacs rendra plus difficile la navigation et le transport de marchandises à destination et en provenance de la Suisse. »

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

www.interroge.ch

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève