Découvrez les musées municipaux
Toute l'offre culturelle


  • L'herbier des Conservatoire et Jardin botaniques et ses quelque six millions d’échantillons est un des plus importants au monde. Quant au jardin, il abrite de magnifiques collections de plantes vivantes.
  • Site internet du Conservatoire et Jardin botaniques


  • Le FMAC a pour missions de développer la présence de l’art dans l’espace public et de soutenir les artistes actifs et actives à Genève. Le FMAC gère la Médiathèque, un espace de consultation et de diffusion d’une collection dédiée à l'art vidéo. Le FMAC Mobile, par ses actions de médiation, favorise l’intérêt et la compréhension des publics pour le domaine de l’art contemporain.
  • Page web du Fonds municipal d’art contemporain


  • Avec une collection riche de 25'000 objets illustrant douze siècles de culture céramique, le Musée Ariana compte parmi les grands musées européens spécialisés dans les arts du feu.
  • Site internet du Musée Ariana


  • Le Musée d’art et d’histoire figure parmi les plus grands musées de Suisse. Riche de quelque 650'000 objets parmi lesquels des créations majeures et des séries uniques, il révèle sur cinq étages une partie de ses collections dévolues aux arts appliqués, aux beaux-arts et à l’archéologie.
  • Site internet du Musée d'art et d'histoire


  • Haut lieu de la réflexion sur les sociétés humaines, le Musée d'ethnographie de Genève, dont les bâtiments se trouvent au boulevard Carl-Vogt propose au travers de ses expositions une variété de lectures anthropologiques des phénomènes sociaux et culturels qui traversent le monde actuel.
  • Site internet du Musée d'ethnographie


  • Le Muséum d’histoire naturelle accueille plus de 250'000 visiteurs chaque année à la découverte des millions de spécimens exceptionnels appartenant au patrimoine naturel qu'il conserve. Unique en son genre en Suisse, le Musée d'histoire des sciences - affilié au Muséum - abrite une collection d'instruments scientifiques anciens issus des cabinets des savants genevois du 17e au 19e siècle.
  • Site internet du Muséum d'histoire naturelle
    Site internet du Musée d'histoire des sciences

Neon Parallax (dès 2006)

Neon Parallax est un projet d’art public ambitieux et singulier mené dès 2006 par les Fonds d'art contemporain de la Ville (FMAC) et du canton (FCAC) de Genève.

La 4ème phase a été inaugurée en octobre 2012 avec une exposition et un colloque international retraçant tout le projet. Une 5ème phase est inaugurée en 2022.

Entre la prestigieuse rade du bout du lac et la populaire plaine de Plainpalais, la parallaxe s'appuie sur l'homologie des deux plans en losange et la transposition des messages publicitaires des enseignes qui illuminent la première en installations artistiques lumineuses sur les toitures des immeubles qui bordent la seconde.

Conçu spécifiquement pour la plaine de Plainpalais à Genève, Neon Parallax réunit dix installations d’artistes suisses et internationaux: Sylvie Fleury (CH), Jérôme Leuba (CH) (œuvre démontée), Christian Jankowski (D), Dominique Gonzalez-Foerster (F), Sislej Xhafa (Kosovo), Nic Hess (CH), Ann Veronica Janssens (B), Pierre Bismuth (F), Christian Robert-Tissot (CH) et Olaf Nicolai (D). Une enseigne de Nathalie Du Pasquier (I) est en cours de production.

Découvrir les dernières œuvres

ALDEZBF?
Olaf Nicolai, 2022
Adresse: 20 avenue Henri-Dunan, 1205 Genève

Les œuvres d’Olaf Nicolai répondent au contexte dans lequel elles prennent place avec des liens culturels, (socio)politiques ou architecturaux. De nature conceptuelle, elles sont imprégnées de nombreuses références scientifiques et littéraires et analysent les processus de perception pour déjouer l’apparence et l’évidence des choses.

Le message énigmatique «ALDEZBF», mystique et graphique tout à la fois, fait appel à l’imaginaire collectif. Il proviendrait de la planète Mars, transcrit par la plume de la médium Hélène Smith et issu d’une étude publiée en 1900 par le psychologue genevois Théodore Flournoy, s'appuyant sur l'expertise du linguiste Ferdinand de Saussure. L’observation des transes surréelles d’Hélène Smith lui permet d’analyser les mécanismes de l’« imagination créatrice subconsciente » qui s’exprimerait plus largement en tant que source de production esthétique. Huit signes adaptés d’un alphabet qui lui-même a été interprété sur la base des caractères manuscrits de la médium composent un mot intraduisible, dont le sens ne peut être que supposé. L’enseigne devient motif ornemental ouvert aux interprétations stylistiques. Ses couleurs évoluent du rouge au bleu, marquant la distance entre la terre et Mars, soit un lent dégradé sur une période de plusieurs années et qui confirment le terme (ou l’illusion) de «planète rouge» lorsqu’elle est le plus proche.

Olaf Nicolai, D, *1962, vit et travaille à Berlin.

Enjeux

Transposer les enjeux publicitaires des enseignes commerciales de la rade en messages artistiques, tel est le défi qu’ont relevé les artistes invités à participer à des concours de portée internationale. Conduit en plusieurs étapes, Neon Parallax a consisté à ce jour en neuf installations lumineuses, chacune conçue par un artiste différent (une œuvre est démontée en 2017, voir Jérôme Leuba plus bas). Les œuvres ont été placées sur les toits au rythme de deux créations originales par année (2007, 2008, 2009) avant que trois nouvelles œuvres ne viennent augmenter le projet en 2012, suite à un concours sur invitation, un concours public et une commande directe. Un nouveau concours mené en 2020 amplifie la collection à ciel ouvert de Neon Parallax. Grâce à la générosité des propriétaires des immeubles, chaque toiture est mise gracieusement à la disposition des Fonds pour accueillir une enseigne artistique.

Un projet innovant

Neon Parallax concrétise plusieurs objectifs des Fonds d’art contemporain de la Ville et du canton. Il innove d’une part par l’expérimentation d’une temporalité différente, avec des interventions artistiques installées dans l’espace public pour une durée limitée. Il permet d’autre part d’explorer un nouveau contexte d’intégration pour des œuvres, sans pour autant occuper un espace au sol déjà surchargé et, dans le cas précis de la plaine, très largement investi. De plus, la forme collective de cette réalisation globale constituée de plusieurs œuvres individuelles met en relation des artistes de la scène locale avec des créateurs internationaux. Cette démarche permet finalement de considérer l'environnement urbain comme un espace commun à questionner et revaloriser par un nouveau regard.

Quelques chiffres

Un budget total de 950'000 francs suisses, pour la réalisation de huit interventions artistiques, a été alloué à ce projet (soit en moyenne 125'000 francs par intervention). Il se répartit sur quatre périodes – 2006-2007, 2007-2008 et 2008-2009 et 2011-2012. Chaque Fonds a donc consacré au final 475'000 francs à la réalisation globale du projet jusqu'en 2012, comprenant tous les frais d’organisation des concours, du jury, les honoraires des artistes et de l'architecte, la production des œuvres et leur promotion. La neuvième enseigne artistique a, quant à elle, fait l’objet d’une commande directe par Pierre Darier, banquier privé, pour le toit de la banque Lombard Odier & Cie.

Localiser les néons


Afficher Neon Parallax sur une carte plus grande

La phase 2 du projet en vidéo