Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Quand et pourquoi les femmes ont-elles commencé à s'épiler ?

Question répondue le 20.03.2015


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Dans l'ouvrage "Des siècles de beauté : entre séduction et politique" http://books.google.ch/books?id=CPfjBgAAQBAJ de Sylvie Bailly, le chapitre sur la Mésopotamie nous apprend que l'épilation n'est pas que l'apanage des femmes et que, depuis bien longtemps déjà, les rites de beauté liés aux poils concernaient également les hommes :

« La notion de pureté rituelle était essentielle. [...] Les femmes, pendant leurs menstruations, devaient se tenir éloignées de ces lieux sacrés, car elles étaient impures. [...] Dans la vie quotidienne des Sumériens, cette pureté s'exprimait, notamment, à travers l'épilation. Les hommes aux torses nus portaient un pagne et s'épilaient la tête ainsi que les poils du menton. »

Le chapitre sur les hébreux précise que :

« La pureté rituelle et l'épilation, héritages de la culture sumérienne, avaient une grande importance. Des bains purificateurs devaient être pris dans un endroit spécifique, le Mitzvah. Les hommes devaient y procéder après une relation sexuelle et les femmes après leurs menstruations. L'épilation était pratiquée car les poils avaient une connotation négative. C'était, notamment, une mesure préventive pour limiter la propagation des maladies vénériennes. »

Nous avons pu trouver sur le site du Musée de Cahors Henri-Matin, la représentation d'une pince à épiler remontant à l'âge du fer http://www.musees-midi-pyrenees.fr/musees/musee-de-cahors-h
enri-martin/collections/archeologie-paleolithique-et-neolithique/-/pince-a-epiler/
prouvant également que l'épilation fait partie depuis des siècles des préoccupations d'hygiène de l'être humain.

L'article d'Etienne Wolff "Martial et la pilosité", paru dans "Anthropologie, mythologies et histoire de la chevelure et de la pilosité : le sens du poil" http://data.rero.ch/01-R006054591 ajoute au sujet de la Rome antique ceci :

« Sous l’Empire, l’épilation fait partie des soins traditionnels de la beauté masculine et féminine […]. Les femmes s’épilent, en particulier les jambes, les aisselles, le sexe. Elles ont recours pour cela à des épilatoires nommés "dropax" ou "psilothrum", termes qui désignent des préparations diverses […]. La base était constituée de poix dissoute dans de l’huile, à quoi on mêlait parfois de la résine et de la cire, voir des substances caustiques qui pouvaient attaquer la peau. »

Ces rituels de beauté ont connu depuis de nombreux changements culturels. Si l’on consulte l’article "poils" du "Dictionnaire du corps en sciences humaines et sociales" http://data.rero.ch/01-R003932064 , nous y trouverons des informations plus proches de notre époque :

« La pilosité féminine est elle aussi en net recul au XXe siècle. En Occident, depuis les années 1920, les poils corporels sont de moins en moins tolérés chez les femmes. Commençant aux Etats-Unis ce mouvement embrasse aujourd’hui la plupart des cultures occidentales ou occidentalisées. Liée à la mode vestimentaire féminine, et surtout les maillots de bain qui exposent de plus en plus le corps de la femme, l’épilation a d’abord touché les poils sous les aisselles, plus tard ceux des jambes et récemment du pubis. Si le XIXe siècle a élaboré une masculinité virile et poilue le siècle suivant voit l’affirmation de cette notion de genres avec l’épilation du corps féminin. »

Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, n'hésitez pas à consulter la bibliographie établie par Jean Da Silva ""Hair Studies" : une bibliographie : Pour une historiographie de la pilosité (cheveux et poils) " http://apparences.revues.org/1248%20 qui comporte de nombreux documents qui pourraient vous intéresser.

Enfin, nous vous recommandons la consultation des ouvrages suivants :

"Histoire du poil" http://data.rero.ch/01-R006289177 de Marie-France Auzépy et Joël Cornette

"Trichologiques : une anthropologie des cheveux et des poils" http://data.rero.ch/01-R005382871 de Christian Bromberger

"Les poils : histoires et bizarreries des cheveux, des toisons, des coiffeurs, des moustaches, des barbes, des chauves, des rasés, des albinos, des hirsutes, des velus et autres poilants trichosés" http://data.rero.ch/01-R003286695 de Martin Monestier

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque du Musée d'ethnographie de Genève http://www.ville-ge.ch/meg/bibliotheque.php

pour Interroge http://www.interroge.ch