Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

L'amorti des chaussures de course modifie-t-il notre foulée naturelle ?

Question répondue le 25.11.2015


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Le travail de bachelor intitulé "Influence des chaussures minimalistes sur la biomécanique de la course : recommandations d’usage" https://doc.rero.ch/record/234430/ réalisé en 2014 par Léa Adjadj et David Chesaux, étudiants en physiothérapie, donne des informations intéressantes sur le sujet qui vous préoccupe.

On y lit en effet que « sans accoutumance à la chaussure, l’homme attaque le sol naturellement avec l’avant-pied. [...] les chaussages influencent la façon naturelle de courir. »

Concernant les chaussures modernes, on apprend que « la chaussure de course doit répondre à deux objectifs : atténuer le choc lors de l’attaque au sol et offrir un contrôle médio-latéral de l’articulation sous-talienne. C’est pourquoi "les chaussures modernes possèdent souvent une semelle à deux niveaux de densité, un talon élevé et amortissant, un soutien de la voute, un contrefort raide [...]". [...] Un matériau souple et mou est placé au niveau du bord latéral du talon afin d’absorber le choc lors du contact au sol et un matériau plus dur est placé au niveau du bord médial du talon permettant le contrôle de la pronation du pied. [...] Outre la composition de la semelle, l’épaisseur de celle-ci au niveau du talon est une caractéristique majeure des chaussures modernes. En effet, cette dernière est souvent plus importante qu’au niveau de l’avant-pied; il y a donc création d’un dénivelé entre l’arrière et l’avant de la chaussure. Ce dénivelé est nommé "drop" [...].

La présence d’un drop et d’une semelle épaisse incite le coureur à attaquer le sol avec le talon. »

Dans un autre paragraphe, nous pouvons constater que « La chaussure minimaliste est la nouvelle tendance actuelle et répond à l’intérêt des coureurs pour la course pieds nus. [...] [Elle] se caractérise par une semelle fine et flexible, un revêtement léger et très basique et ne possède qu’un léger drop, voire aucun. »

Un peu plus loin, nous pouvons lire que « l’attaque du sol par le talon induit un choc important entre le calcanéum et le sol qui va ensuite se propager dans le reste du corps. En chaussures traditionnelles, cet impact est en partie absorbé par les propriétés absorbantes de la semelle et permet de courir confortablement. A pieds nus en revanche, ce type d’attaque devient rapidement douloureux. Afin de minimiser les forces d’impact, le coureur va spontanément modifier la position de ses membres inférieurs et attaquer le sol par l’avant pied. »

Par ailleurs, le portail médical romand "Planète santé", précise dans l'article "Courir pieds nus demande une longue préparation" http://bit.ly/1CRfzwn , que selon un neurobiologiste à Genève, « Beaucoup de gens pensent qu’en enfilant des chaussures minimalistes ou en courant pieds nus, ils vont se transformer en coureur kenyan ! Or la transition doit être extrêmement progressive. Elle devrait se faire sur six mois à deux ans afin de permettre à la musculature de s’adapter… Le mot-clé de cet apprentissage est "douceur". ». Cette page propose ensuite un schéma qui vous intéressera certainement.

Le magazine de l'Université de Lausanne (UNIL) "Allez savoir" a publié en septembre 2015 un article intitulé "Les romands sont de plus en plus nombreux à courir mais le font-ils bien ?" http://bit.ly/1OiUUYf . On y lit également que : « le grand débat qui anime les coureurs depuis 4-5 ans concerne les chaussures: faut-il en rester aux classiques ou passer aux minimalistes ? Les baskets traditionnelles présentent une semelle épaisse, pourvue d’un fort pouvoir d’absorption des chocs, surtout au talon, et sont souvent travaillées pour garantir une certaine stabilité. Elles sont le fruit de plus de 35 ans d’évolution [...].

La bonne intention de départ était de protéger le coureur des blessures qui le guettent, notamment à cause de l’impact sur les membres inférieurs. Comme l’explique Gérald Gremion [Médecin-chef au Swiss Olympic Medical Center], "dans un footing à 10 km/h, le pied réceptionne à chaque foulée environ cinq fois le poids du corps". Mais cette volonté d’amortir le choc n’a pas été sans conséquence. Des études ont montré que les coureurs se blessaient davantage qu’avant l’invention de toutes ces technologies, notamment au niveau de la hanche. C’est que, totalement pris en charge par le confort high-tech offert par les nouvelles chaussures, le pied paresse, ses muscles (il en a 19) ne travaillent plus et le choc se répercute plus haut. [...]

C’est en partant de ce constat que certains spécialistes ont préféré miser sur les chaussures minimalistes, qui, dans leur version la plus extrême, n’offrent au pied qu’une protection contre les aspérités du sol, mais sans soutien ni amorti – c’est au fond comme courir nu-pieds, mais sans risque de se couper ou se brûler. Le postulat : les muscles, os et ligaments vont travailler et amortir les chocs, avec à la clé moins voire pas de blessure.

En théorie, ce n’est pas faux, estime Gérald Gremion. Dans la pratique, c’est plutôt dangereux: "Le concept n’est pas bête, mais les gens sont trop pressés, donc ils brûlent les étapes. Quand on court depuis des années avec de gros amortis, il faut environ deux ans de transition très lente pour passer aux minimalistes. Ces chaussures impliquent une façon de courir différente – on attaque avec la pointe du pied et pas le talon. Il faut en outre muscler le pied progressivement. Or les coureurs veulent tout de suite changer, mais continuent d’attaquer comme ils l’ont toujours fait, avec le talon. Beaucoup se blessent donc. Et le marché des minimalistes pures s’écroule". Restent quelques exceptions, pour les personnes patientes ou celles qui ont toujours couru sur la pointe, par exemple. »

Si vous souhaitez en savoir plus sur les différents types de course, nous vous recommandons la lecture des ouvrages suivants :

- "Courir en harmonie" http://bit.ly/1OeOg5j de Cyrille Gindre

- "Courir mieux : technique de course, 90 exercices adaptés, programmes d'entraînement, guide des blessures" http://bit.ly/1H8fkn9 de Jean-François Harvey

- "Barefoot & minimalisme : courir naturel" http://bit.ly/1OQ4Mf3 de Frédéric Brossard et Daniel Dubois

- "Born to run : Né pour courir" http://bit.ly/1OQ4ODJ de Christopher McDougall

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

Interroge http://www.interroge.ch

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève