Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Quelle était la position de Voltaire sur la grande chasse aux sorcières des siècles précédents son époque ?

Question répondue le 29.11.2013


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service InterroGE, voici le résultat de nos recherches :

On ne peut pas dire que Voltaire se soit véritablement ému, comme nous pouvons le faire aujourd’hui, des procès en sorcellerie qui ont couru depuis le Moyen-Âge. Les accusations de sorcellerie étaient plutôt pour lui la preuve des mœurs barbares de ceux qui les pratiquaient, comme ils montraient la superstition dans laquelle le peuple était entretenu. C’est ainsi qu’il écrit, dans "Le Siècle de Louis XIV" (1751) http://data.rero.ch/01-R004419242 : « On s'indigne que le ministre et les juges aient eu la faiblesse de croire aux diables de Loudun, ou la barbarie d'avoir fait périr un innocent dans les flammes. On se souviendra avec étonnement jusqu'à la dernière postérité, que la maréchale d'Ancre fut brûlée en place de Grève comme sorcière. »

Voltaire nous rappelle en effet que les femmes accusées de sorcellerie peuvent tout à fait appartenir à la noblesse. Mais alors, écrit-il dans l’"Essai sur les mœurs et l’esprit des nations" http://data.rero.ch/01-1330826, « si ces horreurs enfantées par la crédulité tombaient sur les premières personnes des royaumes de l'Europe, on voit assez à quoi étaient exposés les simples citoyens. »

S’il est une femme accusée de sorcellerie et brûlée vive sur laquelle Voltaire aime à s’attarder, c’est naturellement Jeanne d’Arc, plainte dans quelques vers de "La Henriade" (1728) http://data.rero.ch/01-0076543, avant d’occuper le devant de la scène dans le fameux poème de "La Pucelle d’Orléans" (1755) (document numérique : http://dx.doi.org/10.3931/e-rara-15926), qui vaudra à son auteur bien des tourments, mais pas le bûcher.

Pour aller plus loin, nous vous référons aux ouvrages ci-après :

- "Dictionnaire général de Voltaire" sous la direction de Raymond Trousson et Jeroom Vercruyssse http://data.rero.ch/01-R003407424

- "Voltaire en son temps" sous la direction de René Pomeau http://data.rero.ch/01-067771

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

L'Institut et Musée Voltaire pour InterroGE

http://www.ville-ge.ch/bge/imv

http://www.interroge.ch