Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Comment faire pour perdre efficacement ses poignées d'amour ?

Question répondue le 12.05.2020


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

À l'entrée "Poignée" du "Dictionnaire historique de la langue française" https://bit.ly/2WOs9h1 , il est indiqué ceci :

« Une métaphore populaire désigne le bourrelet de graisse autour de la taille par "poignées d'amour" (années 1970), en concurrence avec "pneu". »

L'article "Comment éliminer la graisse sur le ventre" https://www.femina.ch/forme/sante/comment-eliminer-la-grais
se-sur-le-ventre
paru le 28 juin 2015 dans le magazine "Femina" indique ceci :

« Lorsqu’il y a déséquilibre entre ce qu’on ingurgite et ce qu’on brûle, on fait fatalement du gras. Il existe deux types de graisse, comme l’explique le Dr Zoltan Pataky, médecin adjoint au service d’enseignement thérapeutique pour maladies chroniques, dont l’obésité, aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG): la sous-cutanée, communément appelée le pneu, et la viscérale, plus profonde, qui va sournoisement se loger autour des organes, intestins, reins, foie, pancréas, cœur, bref partout sauf autour des poumons. D’où un réel et gros danger pour la santé.

Il faut donc essayer, sinon de la supprimer, du moins d’en diminuer la quantité. Et pas uniquement d’un point de vue esthétique. Cette graisse intra-abdominale est en effet la plus nuisible, car ses cellules sécrètent des adipocytokines, favorisant l’artériosclérose, le diabète, l’infarctus, l’attaque cérébrale et certains types de cancer.

Mais comment s’y prendre?
On s’en doute, il n’y a pas de formule magique. La manière la plus naturelle recommandée par le praticien, c’est de changer fondamentalement sa façon de s’alimenter et de bouger régulièrement, malbouffe et sédentarité étant les deux principaux pourvoyeurs de cette mauvaise graisse. [...]

3. Si les abdos sont bons pour le gainage, ils n’aident pas à la diminution de la graisse viscérale. Le meilleur moyen de retrouver et de conserver un ventre plat consiste à privilégier tous les sports touchant au cardio-training, comme le vélo, le tapis roulant ou encore le rameur. »

L'article "Les activités physiques privilégiant la perte de poids" https://bit.ly/2yMW4Or publié le 27 juin 2012 sur le site "Planète Santé" liste cinq sports qui confirment cette approche par les sports touchant au cardio : La natation, La marche/La course à pied, Le Nordic Walking, L’aérobic et Le vélo.

Enfin, l'article "Pour perdre du poids, vaut-il mieux bouger plus ou manger moins ?" https://bit.ly/35QC89E  publié le 26 juin 2012 sur le site "Planète santé" met en perspective l'importance du sport par rapport à l'alimentation :

« Mettre en compétition sport et alimentation est légitime: quelque 130 kilocalories avalées en optant pour un yaourt au chocolat en dessert, soit autant que celles dépensées en allant courir deux kilomètres. En période de bonnes résolutions, certains se priveront donc de dessert quand d’autres opteront pour un footing… mais dans quel but? "Si l’objectif est de perdre du poids, les deux leviers sont primordiaux, mais il faut surtout manger moins et différemment", tranche le Pr Bengt Kayser, directeur de l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne. Avant de rappeler: "Le poids découle d’une équation entre, d’un côté, les apports énergétiques issus de ce que nous mangeons et buvons chaque jour, et de l’autre, les dépenses énergétiques cumulées par le corps pour son fonctionnement et l’activité physique qui lui est demandée. [...]"

Pourquoi dès lors miser surtout sur ce qui se passe dans nos assiettes? "L’activité physique agit sur le substrat énergétique, autrement dit, sollicite les réserves du corps, que sont le glycogène du foie et des muscles, ainsi que les graisses, explique le Dr Dimitrios Samaras, médecin consultant au sein de l’Unité de nutrition des Hôpitaux universitaires de Genève. Mais ces pertes sont indirectes, limitées –surtout si l’alimentation est inchangée– et chronophages, car elles nécessitent d’intensifier fortement l’activité physique sur de longues périodes. L’activité physique est un allié crucial pour la santé en général, mais si l’on souhaite perdre du poids, il est beaucoup plus efficace de travailler sur ce qui entre dans le corps, autrement dit sur ce que nous mangeons. La question de quand, combien et comment nous mangeons est déterminante." [...]

Quant à l’activité physique, si elle n’est pas le levier principal de la perte de poids, elle est essentielle. Tandis que 150 minutes d’activités d’intensité modérée (marche, balade à vélo) sont conseillées par semaine, aller au-delà est bénéfique à de nombreux niveaux. Parmi ces bienfaits: préservation de la santé générale, optimisation de la sensation de satiété, perte progressive de graisse, meilleure gestion des "écarts" alimentaires par le corps lui-même, limitation de la perte musculaire liée à l’âge ou encore augmentation du métabolisme de base. En clair, au repos, le corps d’un sportif consomme naturellement plus de calories qu’une personne sédentaire. "Entreprendre des efforts sur l’alimentation est beaucoup plus puissant si l’on accroît son activité physique en même temps", insiste le Dr Samaras. Une erreur à éviter toutefois: compenser! "Faire jusqu’à une heure de sport ne nécessite pas de manger davantage ou de boire des boissons énergétiques, bien au contraire, cela ruine tous les efforts d’un point de vue calorique", précise le spécialiste. »

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

http://www.interroge.ch

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève