Découvrez les bibliothèques de la Ville de Genève
Toute l'offre culturelle


  • La Bibliothèque de Genève déploie sur 4 sites un patrimoine écrit, imprimé, musical et iconographique unique qu’elle sélectionne, protège, valorise et transmet au grand public comme au public scientifique.
  • Site internet de la Bibliothèque de Genève


  • Les Bibliothèques municipales sont des lieux de rencontre, de découverte et de partage qui vous proposent de nombreux documents à emprunter ainsi que des activités gratuites pour petit-e-s et grand-e-s.
  • Site Internet des Bibliothèques municipales


  • Les musées d’art et d’histoire, le Musée d’ethnographie et le Museum d’histoire naturelle, les Conservatoires et Jardin botaniques et le Fond municipal d’art contemporain proposent un accès à leur bibliothèque scientifique .
  • Site internet


  • Vous avez une question et vous souhaitez une réponse personnalisée? Le réseau des bibliothèques genevoises vous offre, en moins de trois jours, un résultat fiable et des sources identifiées.
  • Service Interroge

Archives Interroge - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Pourquoi dit-on "quatre-vingt-un" et non "quatre vingt et un" ?

Question répondue le 19.05.2020


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

En effet, comme vous avez pu l'observer, nous écrivons "vingt et un", "trente et un", "quarante et un", "cinquante et un", "soixante et un", "septante et un", "nonante et un", mais... "quatre-vingt-un". Le trait d'union remplace le "et".

Votre question a trait à la grammaire et nous l'avons souvent constaté, quant il s'agit de la langue française, la logique n'est pas toujours de mise.

Tout d'abord. Il faut savoir que « Vingt et cent varient en nombre quand, multipliés par un autre nombre, ils constituent le dernier terme d’un adjectif numéral composé :

- quatre-vingts oiseaux

- cinq cents litres »

C'est ce que nous pouvons lire dans l'article "2.2.3 Accord des adjectifs cardinaux" https://bit.ly/2WECsW6 disponible sur le site de la Banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada "Termium Plus".

Et à la question "Prononce-t-on le S de quatre-vingts ?", nous trouvons, sur la page "Orthographe du mot quatre-vingts" https://dictionnaire.orthodidacte.com/article/orthographe-q
uatre-vingts
du site "Orthodidacte", la réponse suivante : « Oui, quand on fait la liaison avec le nom qui suit, le S de quatre-vingts se prononce [z]. Et c’est d’ailleurs un excellent indice pour savoir s’il faut un S ou non. On prononce quatre-vingts ans avec le son [z]. On est aussi censé prononcer quatre-vingts euros en faisant la liaison, même si la prononciation sans liaison se répand de nos jours. »

Sur le site "Termium Plus", l'article "Les années quatre-vingt ou quatre-vingts ?" https://bit.ly/2z7CFbk (publié auparavant en 1984 dans la revue "L’Actualité terminologique" http://data.rero.ch/01-0541276 ), fournit plusieurs informations à ce sujet et passe en revue différentes explications de grammairiens. Nous vous en conseillons la lecture complète. Voici néanmoins ce qui a retenu notre attention :

« Dupré, dans l’"Encyclopédie du bon français dans l’usage contemporain" http://data.rero.ch/01-0014966 conclut son étude ainsi :

Les règles compliquées concernant la présence de "S" ou son absence dans les chiffres "quatre-vingts" et "cent" datent du XVIIIe siècle. L’usage dans la période antérieure était d’écrire toujours "quatre-vingts" et "deux cents". Nos règles sont des inventions des grammairiens. Elles continuent à s’imposer dans l’usage tant graphique que phonétique du point de vue de la liaison. Quand l’S est absent, c’est-à-dire devant un nom de nombre, la liaison de la finale "T" avec le chiffre suivant commençant par une voyelle ne se fait pas : "quatre-ving(t)-un", "quatre-ving(t)-onze", alors qu’on prononce "vingt et un"; au contraire, "quatre-vingts (z-) hommes", avec liaison.

La règle selon laquelle il faut écrire "quatre-vingts pages" avec un "S", et page "quatre-vingt" sans "S" dépasse les bornes de l’absurdité. Toute réforme éventuelle de l’orthographe devrait s’occuper de ce mot en priorité. (Ibid.) »

Concernant l'absence du « et » entre vingt et un, le site des "Cours autodidactiques de français écrit", partenaire de la Société de formation et d’éducation continue (SOFEDUC) du Québec, nous apporte quelques éléments de réponse. Au chapitre 7 "L'actualisation" https://bit.ly/2TcRSyA de la page "Le français expliqué : Grammaire de la francophonie" http://cafe.edu/grammaire/tablematieres.html nous lisons sous les interactions 48 et 49 ce qui suit :

« Réaction 48 : [...]
Outre les subtilités utiles, sur lesquelles s'accordent les meilleurs répondants, il y a des subtilités curieuses, comme l'accord du participe avec l'objet direct s'il précède. Elles ne s'en expliquent pas moins. C'est le cas de l'accord de "vingt" et de "cent". [...]

Réaction 49 :
L'apparente absurdité vient de la prononciation, qui fait entendre le "Z" de la liaison quand le substantif suivant commence par une voyelle. Il faut pour cela que le numéral soit achevé.

C'est même pour cela, sans doute, qu'on ne dit pas "quatre vingt et un" : il faudrait faire entendre un "Z" devant la voyelle de "et".

La question du trait d'union dans les noms de nombre est d'actualité depuis que les Rectifications ont proposé d'en mettre partout, même autour de et ("vingt-et-un"). Tenir compte des mots phonétiques serait sans doute aller vers une plus grande complexité mais ne pas en tenir compte, c'est perdre de vue la fonction même du trait d'union. Alors, c'est comme d'habitude : faute de pouvoir aller au fond des choses, vaudra-t-il mieux tirer un voile, fermer les yeux ? »

A titre d’exemple, voici un ouvrage de 1762 https://books.google.ch/books?id=i0y06ltJOTIC dont la date est indiquée comme suit : « Le vingt-un May 1762 »... Des mystères de la langue française.

Il semblerait donc qu'on dise "quatre-vingt-un" pour faciliter la prononciation. En effet "quatre-vingts et un" impliquerait la présence d'un S car vingt serait alors le dernier terme d’un adjectif numéral composé. Et ce S devrait faire la liaison avec "ET" et nous obligerait à prononcer "quatre-vingt zé un"

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

http://www.interroge.ch

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève