La revue électronique de l'Institut et Musée Voltaire
ISSN 1660-7643
       
         
       Automne 2004Accueil   IMV   Contact
           
       
           
  SOMMAIRE   L’Association des Amis de l’Institut et Musée Voltaire (AIMV) est née !      NUMEROS PRECEDENTS
         
 

Actualités de l'IMV
L'association des Amis de ...
Voltaire nous écrit
Adieu Ferney.
Jean-Louis Wagnière et les ...
Clin d'oeil
Aux lieux d’une œuvre : Gérald Hervé
A propos de ...
Guyétand, épigone...(2)
Nouvelles du XVIIIème siècle
Publications
Liens
Voltaire châtelain


Tout le numéro en pdf  

inscrivez-vous à la
Gazette des Délices

 

Sous l’impulsion de quelques lecteurs acharnés de la bibliothèque de l’Institut, une association s’est créée, qui s’est donnée pour but d’ « aider au rayonnement de l’Institut et Musée Voltaire et de l’œuvre de Voltaire ». Elle se propose d’atteindre cet objectif de trois manières : tout d’abord en « faisant connaître les expositions, conférences et autres initiatives prises par l’IMV pour diffuser l’œuvre de Voltaire et son fonds, le cas échéant en en  suggérant  certaines » ;  ensuite  en
« recevant, gérant et faisant bénéficier l’IMV des éventuels dons de ses membres et des revenus extraordinaires de son activité » ; enfin en « initiant et maintenant des contacts avec les autres sociétés voltairiennes dans le monde. »
Le comité de cette association, baptisée AIMV, réunit des personnalités issues de mondes différents, mais poussées par le même souci d’offrir au musée Voltaire et à ses riches collections patrimoniales le meilleur rayonnement possible : on y trouve pour le moment Mme Ferrari, et MM. Barbey, Fazio, Froidevaux, Grosrichard, et Jacob.
Toute personne intéressée par l’AIMV peut écrire à Alexis Barbey, rue des Délices 27, 1203 Genève. La cotisation annuelle est de 50 francs (à verser sur le compte CCP 17-109605-1). Un site est déjà en ligne à www.amis-voltaire.ch


Programmation des Nuits des Délices de 2005

L’exposition temporaire de l’été prochain ouvrira ses portes   le   mardi   10  mai  2005  et   aura   pour  titre
« Tremblez, terriens ! » Elle sera consacrée au tremblement de terre de Lisbonne de 1755 et au poème que Voltaire a écrit sur le sujet, ouvrant ainsi la porte à un vaste échange philosophique. Plusieurs conférenciers ont d’ores et déjà accepté de participer à notre cycle des Nuits des Délices : Marie Breguet, historienne bien connue des dix-huitiémistes, proposera ainsi une relecture des pages que le poète Roucher a consacrées au séisme de 1755 dans son œuvre Les Mois ; Jacques Berchtold évoquera le dialogue entre Voltaire et Rousseau, jusqu’à la publication de Candide ; Michel Delon, président de la société française d’étude du XVIIIe siècle, présentera enfin une communication intitulée « Plaisirs et tremblements ». Le programme définitif sera publié dans un prochain numéro de la Gazette : affaire à suivre !


Importante vente de manuscrits à l’Hôtel Drouot, à Paris

C’est le lundi 28 juin dernier qu’a eu lieu, à l’hôtel Drouot, la vente de la collection d’autographes de Jean Darnel, homme de théâtre, comédien et metteur en scène. L’objet-phare de cette vente était la couronne de théâtre portée par Sarah Bernhardt dans La Princesse lointaine d’Edmond Rostand. Plusieurs lettres de Sophie Arnould, de Mlle Clairon et d’autres acteurs ou actrices « voltairiens » ont également été dispersées. Notons un lot très impressionnant de lettres de François-Joseph Talma, le comédien favori de Napoléon, dont deux portent sur son interprétation de L’Orphelin de la Chine, de Voltaire, et qui ont été achetées par la bibliothèque de la Comédie-Française, ainsi que trois lettres de Lekain, l’acteur « disciple » de Voltaire, dont deux ont heureusement pu être acquises par l’Institut. Elles sont aujourd’hui consultables sous les cotes Ms CC-58 et MS CC-59.


Pierre Brunel à l’Institut et Musée Voltaire

Pierre Brunel, professeur de littérature comparée à l’université Paris IV Sorbonne, et auteur de nombreux ouvrages sur les rapports entre littérature et musique, a donné le jeudi 16 septembre dernier une très intéressante conférence sur le thème : « Voltaire et Bellini : Tancredi, Zaira ». C’était là l’occasion de poursuivre l’interrogation ouverte par Damien Colas lors de sa visite en juin dernier, et poursuivie le 02 septembre par Olivier Bara : dans quelle mesure la période de transition des dix-huitième et dix-neuvième siècles est-elle favorable à l’exploitation lyrique des tragédies de Voltaire ? Un public chaleureux a salué la prestation du conférencier, dont la communication paraîtra l’an prochain dans le deuxième volume des Voltairiana,   précisément    consacré   à    notre   cycle
« Voltaire à l’Opéra ».



Vers le haut

 
       
       
     
© IMV Genève | 01.10.2004