La revue électronique de l'Institut et Musée Voltaire
ISSN 1660-7643
       
         
       Printemps 2005Accueil   IMV   Contact
           
       
           
  SOMMAIRE   Deux salles rendues au public      NUMEROS PRECEDENTS
         
 

Actualités de l'IMV
Deux salles rendues au public
Voltaire nous écrit
Histoire d’un bon bramin 
Clin d'oeil
Voltaire debout, et lisant de Lucas de Montigny
A propos de ...
Hippolyte Buffenoir, promeneur solitaire
Nouvelles du XVIIIème siècle
Publications 
Liens
Jean-Jacques Rousseau sur la toile (suite et fin)


Tout le numéro en pdf  

inscrivez-vous à la
Gazette des Délices

 


Les réaménagements effectués dans les locaux de l’Institut Voltaire ont permis de rendre deux salles au public, et ce dès ce printemps.
C’est d’abord la salle Tronchin, anciennement vouée à l’entreposage des documents iconographiques et d’un certain nombre d’archives, qui accueillera, dès le 11 mai prochain, la première partie de l’exposition intitulée Tremblez, terriens ! et consacrée à la commémoration du 250e anniversaire du tremblement de terre de Lisbonne. Cette salle, particulièrement spacieuse, présente une intéressante surface d’accrochage et bénéficie d’une luminosité adéquate.
C’est ensuite le petit salon situé à l’aile du bâtiment ouest, lequel viendra prolonger la bibliothèque et offrir ainsi aux chercheurs un espace supplémentaire dans lequel ils pourront se concerter, organiser séminaires, rencontres et journées d’étude.


Fin de l’exposition « Aux lieux d’une œuvre : Gérald Hervé (1928-1998) »


L’exposition consacrée à Gérald Hervé, écrivain et philosophe français contemporain, s’est achevée le 25 mars dernier. L’ensemble de l’œuvre de Gérald Hervé reste bien entendu disponible à la bibliothèque, et un appel à communications a été lancé, en vue de la prochaine publication d’un volume critique. Volume qui aura pour objectif de divulguer les premiers résultats de la recherche pluridisciplinaire (littérature, philosophie, mais aussi histoire, science, arts) en cours sur l’écrivain. Les propositions (200-250 mots) devront parvenir avant le 15 novembre 2005 aux responsables : Hervé Baudry, de l’université de Coimbra (herveb@mail.telepac.pt), ou François Jacob, à l’Institut Voltaire (institut.voltaire@ville-ge.ch)


Le comédien Larive à l’Institut Voltaire

Tous les visiteurs du musée connaissaient déjà l’huile sur toile de Simon-Bernard Lenoir représentant l’acteur Lekain dans le rôle de Gengis Khan : ils pourront très prochainement découvrir le portrait de Larive dans le rôle de Zamore, héros d’Alzire ou les Américains, tragédie de Voltaire. Ce portrait, de l’école française du début du XIXe siècle et auquel David aurait peut-être participé, vient d’être acquis par l’Institut lors d’une vente aux enchères à Paris, à la mi-février.
Larive (1744-1827), entré à la Comédie-Française en 1770, élève de Mlle Clairon, devient sociétaire cinq ans plus tard et se fait connaître grâce, notamment, à son interprétation de Zamore. Il prend sa retraite en 1788, mais ses anciens camarades sollicitent son retour en 1790 afin de contrebalancer l’influence grandissante de Talma, trop acquis selon eux aux idées révolutionnaires. Inférieur à Lekain dans le jeu, il fut, selon une biographie de l’époque, « l’idole des jeunes gens » : « Les femmes surtout l’élevèrent aux nues, non moins charmées, sans doute, de ses dons extérieurs que de son talent. » Le visiteur des Délices pourra lui-même, d’ici peu, confirmer ou non ce jugement.


Voltaire fêté à la Société d’Histoire

C’est à la salle des abeilles de l’Athénée qu’a eu lieu, le jeudi 17 mars dernier, l’assemblée générale de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève. Françoise Dubosson, présidente, avait pour l’occasion choisi de commémorer, à deux jours près, le 250e anniversaire de l’installation de Voltaire aux Délices (le philosophe est en effet arrivé dans nos murs le 19 mars 1755).
Après avoir rendu un hommage mérité à Jean-Daniel Candaux, ancien conservateur de la Bibliothèque Publique et Universitaire et l’un des premiers assistants de Theodore Besterman, Françoise Dubosson a cédé la parole à… Voltaire lui-même, grâce à la lecture intégrale du Poème sur le désastre de Lisbonne et de l’Histoire d’un bon bramin. Le comédien Philippe Jeanloz a ainsi permis de faire entendre, à plus de deux cents ans de distance, la voix du résidant des Délices.



Vers le haut

 
       
       
     
© IMV Genève | 06.04.2005